Cet article date de plus de 7 ans

A Cannes il n'y a pas que les stars qui brillent !

Le festival de Cannes, c'est un peu "the place to be". Le plus grand festival du monde est une vitrine pour le 7e art et tout ce qui gravite autour, mais pas que. Ils sont nombreux celles et ceux qui, l'espace de quelques minutes ou de quelques jours, espèrent profiter de cette vitrine.
Cannes et le boulanger Catalan
Cannes et le boulanger Catalan © france3
Il s'appelle Julien Blanc. Il est boulanger dans un petit village des Pyrénées-Orientales, Saint-Jean-de-Laseille, 1400 habitants à tout casser. Après 17 ans passé chez un patron, il se met à son compte et ouvre sa boulangerie, dans son village et reçoit même un label pour sa baguette après un an d'exercice.
Une récompense qui le fait remarquer, jusqu'à ce qu'un client, organisateur d'événements, lui propose de venir à Cannes pour le festival. 
Une décision pas simple à prendre. Il faut fermer la boutique, prendre la route avec son propre matériel et puis surtout Julien Blanc ne sait pas ce qu'il va trouver sur la Croisette. 

Une boulangerie à ciel ouvert

En fait le défi est simple. Julien va devoir faire du pain dans le cadre d'une animation qui renaît de ses cendres "Ciné guinguette". Du pain et des coques Catalanes, la spécialité de son pays. Et il va falloir fournir la plage d'un grand hôtel de la Croisette, où l'on sert en cette période de pointe jusqu'à 400 couverts à midi. Pour Julien, tout sauf des vacances.
Qu'il vente, qu'il pleuve, qu'il fasse beau, la boulangerie fonctionne de 5 h du matin jusque tard dans l'après midi. Il faut s'adapter en permanence et être réactif. Dans ce tumulte, il n'a pas vraiment le temps de voir les comédiens et réalisateurs qui viennent pour déjeuner ou pour des séances d'interviews. A peine a-t-il le temps de les apercevoir. Mais le succès est au rendez-vous. Les effluves de pain et de la  viennoiserie embaument  la plage jusque sur la Croisette. Julien Blanc s'est fait un nom. A Saint-Jean-de Laseille, le bruit court que Shakira serait venue acheter son pain dans sa boulangerie ayant appris par les ondes les exploits du Panis Catalan. Cette opération aura coûté, à Julien, 2000 euros. Mais les retombées sont là. Sa venue à Cannes fait beaucoup parler dans son village et les médias sont venus à sa rencontre.

Cannes, terre des cinéphiles et vitrine médiatique

A Cannes, si l'on connaissait les starlettes prêtent à tout pour se faire photographier et se faire remarquer par un richissime producteur, on découvre que le festival est aussi une formidable rampe de lancement pour une marque, un produit ou même des artisans. L'ostréiculteur de l'étang de Thau, Florent Tarbouriech aimerait bien venir l'an prochain pendant la quinzaine pour exploiter le filon. Sous quel forme et avec quels objectifs? La vitrine cannoise offerte par le cinéma est devenue un enjeu d'image. "Y être ou pas ?"  telle est la question. Rencontrer une star du grand écran, se faire photographier avec elle et faire la une d'un magazine est le rêve absolu.  Cannes, le rendez- vous des cinéphiles est aussi celui des affaires et de la publicité.
durée de la vidéo: 02 min 02
A Cannes, le boulanger catalan fait son cinéma


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival de cannes culture catalane culture cinéma