Comment le compositeur Olivier Marquès se bat pour raviver la flamme de la sardane

Olivier Marquès et la cobla Tres Vents lors d'una "ballada" de sardanes. / © Tres Vents
Olivier Marquès et la cobla Tres Vents lors d'una "ballada" de sardanes. / © Tres Vents

Dimanche 16 juin, Prats de Mollo, dans le Haut-Vallespir, accueille la deuxième édition du concours de composition de sardanes. Impulsé par Olivier Marquès et Dani Gasulla, c'est le rendez-vous des musiciens et des danseurs de toute la Catalogne. Parce que non, la sardane n'est pas morte ! 

 

Par Elsa Panadès et Isabelle Petit-Félix

Comment redonner un nouveau souffle à la composition de sardanes? C'est la question que se sont posés conjointement Olivier Marquès, ténoriste de la Cobla Tres Vents et la municipalité de Prats de Mollo, dans le Haut-Vallespir. De cette réflexion, nait en 2017, le concours de composition de sardanes "balladores" qui a pour singularité de mettre la création musicale au service de la danse.
 
Affiche de la 2° édition du concours de sardanes dansantes de Prats de Mollo / © Association Prats Toujours
Affiche de la 2° édition du concours de sardanes dansantes de Prats de Mollo / © Association Prats Toujours

Alors on danse

"Il existe déjà des concours de sardanes de concert mais ils sont réservés à une certaine élite. Nous, on a souhaité créer un concours de qualité mais populaire, avec des compositions de sardanes balladores ". Parce que le but de la sardane, c'est d'être dansée" nous confie Olivier Marquès, lauréat de la sardane de l'année 2017.

Je me bats depuis 15 ans pour faire vivre la sardane


Olivier Marquès joue de la tenora, instrument de musique emblèmatique de la sardane et de la famille des hautbois

Faire revenir les gens sur les places des villages. Contenter les appétits gourmands des danseurs. Le ton est donné. Des grands-maîtres de la composition aux outsiders, le concours réunit des musiciens de tout âge. Lors de la précédente édition, remportée par le Catalan du Sud Jordi Pauli, le deuxième prix a révélé un jeune trentenaire originaire de Sète, David Pigassou. Sur la douzaine de compositions reçues cette année, 6 sardanes finalistes sont jouées par la cobla Tres Vents et soumises au vote exclusif du public, mélomanes et danseurs.

Avec des belles sardanes de qualité, on peut faire danser. Et ça on est en train de l'oublier.


Chaque sardane est composée de deux airs musicaux différents sur lesquels les danseurs enchaînent "pas courts" et "pas longs".

 

Quel avenir pour la sardane ? 

Comme le rappelle Olivier Marquès "avant, les musiciens de cobla étaient avant tout des agriculteurs, des gens du village qui n'avaient pas forcément de formation musicale".
Aujourd'hui, les temps ont bien changé. Les musiciens de cobla étudient au conservatoire et acquièrent, de fait, une formation jazz, classique ou world music.

On doit évoluer, sinon on est mort. Mais sans oublier d'où on vient et ce qui fait l'essence de notre musique.

C'est l'empourdanais Jordi Molina qui est l'un des premiers compositeurs, dans les années 90, à insuffler une harmonie jazz dans l'écriture de la sardane. Depuis, l'envie d'ouvrir la sardane à d'autres styles musicaux n'a cessé de grandir, développant un courant fusion : rock, jazz, électro, classique, orientale, gipsy. "L'été dernier, toutes les discothèques de la Costa Brava ont passé en boucle le "Despacito" de la Cobla Contemporània. C'était dingue".

Il faut qu'on aille chercher les jeunes là où ils sont.


En recherche permanente d'évolution, Olivier Marquès et la cobla Tres Vents s'associent régulièrement et depuis une quinzaine d'années à d'autres musiciens comme le groupe de variété, made in Perpignan, Al Chemist, les rumberos Buenasuerte, le violoncelliste François Ragot et l'orchestre symphonique de Canet-en-Roussillon. Cette dernière collaboration a d'ailleurs créé la surprise lors du concert du nouvel an qui s'est joué à guichet fermé, réunissant plus de 1000 personnes.

Il faut qu'on soit là où on ne nous attend pas. 


"Et surtout on doit montrer que nos instruments peuvent jouer tous les styles, sortir de la catalanité. Les bretons, avec Tri Yann ou Allan Stivell, ont 30 ans d'avance sur nous" souligne Marquès. Un exemple de vulgarisation positive que les catalans tentent de s'approprier. Cet été, la Tres Vents fera l'ouverture du Festival jazz de Banyuls-sur-Mer aux côtés du saxophoniste Alex Augé pour un projet autour de Miles Davis. La cobla renoue également avec l'électro et Alexander Vert. Un nouvel opus de Lafaille Cobla est prévu pour cet automne.
 

Petit zoom sur la sardane et la cobla

La sardana est une danse traditionnelle catalane jouée par "la cobla" composée de 11 à 13 musiciens. Elle se danse en cercles et obéit à des règles précises. Les danseurs se repèrent grâce aux différentes mélodies, rythmes, figures de style et harmonies caractéristiques de l'écriture musicale propre à la sardana.

Les instruments de la cobla
Le flabiol (petite flûte) et le tamborí (petit tambourin) marquent chaque ouverture et donnent le rythme. Interviennent ensuite, le tible et la tenora (famille des hautbois), la trompette, le trombone, le fiscorn (cuivre à quatre enroulements) et la contrebasse à trois cordes.

Sur le même sujet

toute l'actu musique

toute l'actu Danse

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus