Indépendance de la Catalogne : pas d'élections “faute de garanties” selon Puigdemont

Barcelone - allocution de Carles Puigdemont, président de la Catalogne - 26 octobre 2017. / © LLUIS GENE / AFP
Barcelone - allocution de Carles Puigdemont, président de la Catalogne - 26 octobre 2017. / © LLUIS GENE / AFP

Le président de la Catalogne Carles Puigdemont devait annoncer des élections anticipées le 20 décembre, lors d'une allocution solennelle ce jeudi, à Barcelone. Mais avec plus de 3 heures de retard, il a déclaré que faute de garanties, il n'y aurait pas d'élections anticipées.

Par Fabrice Dubault

Pas d'élections "faute de garanties" selon Puigdemont


Le président catalan Carles Puigdemont a déclaré jeudi qu'il ne convoquerait pas d'élections régionales en Catalogne pour surmonter son conflit avec Madrid, faute de garanties suffisantes du gouvernement.
Madrid qui va demander la mise sous tutelle de la Catalogne, demain vendredi, au Sénat espagnol.

Désormais, "il revient au parlement (catalan) de déterminer les conséquences de l'application contre la Catalogne de l'article 155" de la Constitution, qui permet la suspension de l'autonomie de la région, a-t-il ajouté.


Carles Puigdemont sous pression de tous côtés


Carles Puigdemont voulait dissoudre le parlement de la Generalitat de Catalogne et convoquer des élections anticipées pour le mercredi 20 décembre.

L'annonce devait être faite lors d'une allocution solenelle depuis Barcelone. Cette dernière était prévue à 13h30, puis à 14h30, elle a ensuite été "suspendue" sans explication par le gouvernement catalan, avant d'avoir finalement lieu à 17h.

L'allocution de Carles Puigdemont
Allocution de Carles Puigdemont le 26/10 à propos d'élections en Catalogne

Cette convocation de nouvelles élections devait suspendre l'application de l'article 155 par Madrid. Mais certains sénateurs espagnols n'étaient pas de cette avis. Selon eux, sans exécutif régional, Madrid pourrait malgré tout placer la Catalogne sous tutelle.

Cette annonce depuis Barcelone intervient alors que le dirigeant régional est sous pression, y compris dans son propre parti conservateur indépendantiste, pour convoquer immédiatement des élections régionales.

"Carles Puigdemont reçoit de nombreuses pressions d'un secteur du PDeCAT (son parti)", a indiqué à l'AFP une source au gouvernement régional.

Un autre parti du camp séparatiste le pousse en revanche à faire une déclaration unilatérale d'indépendance de la région du nord-est de l'Espagne aux 7,5 millions d'habitants.

A lire aussi

Sur le même sujet

Académie de Montpellier : Parcoursup, la journée de toutes les inquiétudes

Les + Lus