La présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales mise en examen pour favoristime et corruption passive

Hermeline Malherbe a été mise en examen pour favoritisme et corruption passive. La présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales a été placée sous contrôle judiciaire.

La présidente PS du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales a été mise en examen, le 16 mai dernier, et placée sous contrôle judiciaire, a appris France 3 Occitanie par le parquet de Marseille.

Hermeline Malherbe a été mise en examen pour favoritisme, corruption passive, trafic d’influence passif et prise illégale d’intérêts. L'affaire concernerait l'Office d'habitat du département des Pyrénées-Orientales (OPH66) dont elle était la présidente. La justice chercherait à savoir si elle n'a pas bénéficié de coûts moins élévés pour des travaux menés à son domicile en échange d'un coup de pouce dans l'attribution de marchés publics, comme le détaillent nos confrères de France Bleu Roussillon.

Placée sous contrôle judiciaire, Hermeline Malherbe a l'interdiction de sortir du territoire national. Elle doit aussi s'abstenir de recevoir ou rencontrer certaines autres personnes mises en examen ou mises en cause dans le cadre de la procédure.

Hermeline Malherbe réagit

La présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales a réagi dans un court communiqué adressé à la presse : "dans le cadre de l’enquête menée par la JIRS de Marseille qui concerne des entreprises et des élus des Pyrénées-Orientales, j’ai été entendue dernièrement".

Cela n’impacte en rien mon mandat de Présidente du Département.

Hermeline Malherbe, présidente PS du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales.

"Avec mon conseil, Maître Gilles Gauer, nous allons tout mettre en œuvre pour que la lumière soit faite. Soucieuse de laisser la justice effectuer son travail, je ne m’exprimerai pas sur le sujet en dehors de cette déclaration".

Sollicité par France 3 Occitanie, le maire RN de Perpignan Louis Aliot a indiqué souhaiter "ne faire aucun commentaire à ce stade".

L'association ANTICOR réagit

Mise en examen, Hermeline Malherbe reste à ce stade présumée innocente. L'association anticorruption ANTICOR réagit cependant à cette nouvelle affaire : "Je suis effaré", déclare Didier Melmoux, le correspondant local de l'association. "On s’aperçoit que la corruption est omniprésente. On la voit chez des ministres, des députés, dans des communes ou dans des conseils départementaux."

ANTICOR a été fondée en juin 2002 par Éric Halphen et Séverine Tessier "pour lutter contre la corruption et rétablir l’éthique en politique".

Agée de 54 ans, Hermeline Malherbe, est membre du Parti socialiste. Elle est présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales depuis le 21 novembre 2010.

Ecrit avec Emmanuel Deshayes, Olivier Meyer et Marc Tamon.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité