Nico, un coq fou dans les Pyrénées catalanes

Publié le Mis à jour le

L’Office Français de la Biodiversité et l’Office National des Forêts ont procédé à la capture d’un “coq fou”. L’animal a ensuite été relâché après avoir été identifié afin de tenter d’élucider son mystérieux comportement.  

 

C’est une histoire étonnante qu’a partagé sur sa page Facebook, le parc naturel régional des Pyrénées catalanes. Le 5 mars dernier, des randonneurs font une étonnante rencontre au cœur de la forêt domaniale de Cami Ramader à Matemale : un Grand Tétras (une race de coq) au comportement étrange. Ce dernier ne montre aucune crainte et n’hésite pas à s’approcher des randonneurs qui le filment et le photographient. Les images ne tardent pas à circuler jusqu’aux agents de l’Office National des Forêts et de l’Office Français de la Biodiversité.  

“Coq fou” ou “coq mou”

Les agents vont alors travailler ensemble afin de capturer l’animal. Ils souhaitent ainsi l’identifier et l’étudier avant de le relâcher. L’objectif étant de comprendre le phénomène du “coq fou” ou du “coq mou”, un “phénomène connu mais encore peu expliqué, le comportement anormal de certains mâles de Grand Tétras Tetrao urogallus se traduit souvent par son agressivité “coq fou” ou par son absence de toute méfiance ou crainte envers l’Homme, on parle alors de “coq mou””, détaille l’Office Français de la Biodiversité.

Opération capture

Le 11 mars, les agents de l’ONF et de l’OFB procèdent à une battue là où le coq a été repéré 3 jours plus tôt. Après plusieurs heures, ils finissent par capturer l’animal avec un filet de 25m, profitant du fait que le mâle s’attaque à l’un des agents. 

Après avoir immobilisé le coq et lui avoir masqué les yeux pour diminuer son stress, trois agents réalisent différentes mesures : poids, longueur des ailes, bec, largeur du crâne; ils procèdent également au prélèvement d’échantillons de plumes et de fèces. 

Une vingtaine de minutes plus tard, Nico (c’est son nouveau nom) est relâché après avoir été équipé d’une balise posé en collier. Les agents de l’ONF et de l’OFB vont désormais pouvoir suivre les déplacements de l’oiseau. Ils prévoient aussi une observation hebdomadaire et espèrent ainsi pouvoir comprendre son étrange comportement de “coq fou”, “coq mou”.

 Le Grand Tétras, une espèce emblématique 

Avec son gros bec, sa caroncule rouge vif et son dos noir, le Grand Tétras (ou Coq de bruyère) est facilement reconnaissable. 

D’ordinaire discret et très farouche, les mâles deviennent très bruyants pendant la période des amours et font régulièrement preuve de comportements atypiques voire aberrants. Une attitude qui peut les mettre en danger ou poser des difficultés à ceux qui les rencontrent.