Perpignan : l’épicier revendait du tabac de contrebande, près de 500 paquets de cigarettes saisis

Les cigarettes de contrebande étaient revendues illégalement dans une épicerie de Perpignan / © Police Nationale des Pyrénées-Orientales
Les cigarettes de contrebande étaient revendues illégalement dans une épicerie de Perpignan / © Police Nationale des Pyrénées-Orientales

Près de 500 paquets de cigarettes de contrebande en provenance d’Espagne et d’Andorre ont été découverts lors d’une opération de police dans une épicerie de Perpignan, où le tabac était revendu illégalement. Le gérant et son employé seront jugés en 2020.
 

Par Valérie Luxey

C’est grâce au placement sous surveillance d’une épicerie de l’avenue Joffre, à Perpignan, que les policiers catalans ont mis au jour un système de revente illégale de tabac.


5 euros le paquet


Mercredi 6 novembre 2019, ils ont ainsi observé plusieurs clients entrant dans la boutique et en ressortant paquet de cigarettes en main. Une  jeune femme contrôlée en possession de deux paquets a admis les avoir achetés en fraude pour 5 euros pièce, très en-dessous du prix fixé par la loi.


Du tabac d’Espagne et d’Andorre


Agissant de concert, la Brigade Anti Criminalité (BAC), la section d’intervention (SI) et la brigade canine ont alors investi le commerce et interpellé le vendeur, qui a immédiatement reconnu la cession de tabac de contrebande importé d’Andorre.

Au cours de cette opération, les policiers ont découvert une dizaine de paquets de cigarettes dans l’échoppe, ainsi que 460 autres paquets dans le coffre du véhicule du mis en cause. Des cigarettes en provenance d’Andorre et d’Espagne.


Le gérant et son employé jugés en 2020


L’homme de 33 ans étant un simple employé, le propriétaire de l’épicerie a aussitôt été convoqué au commissariat et placé en garde à vue par les enquêteurs de la brigade des stupéfiants.


La contrebande pour renflouer le commerce

Ce commerçant perpignanais âgé de 26 ans a avoué revendre illégalement du tabac pour renflouer son établissement dont le chiffre d’affaires était en forte baisse. Les deux hommes comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Perpignan le 28 février 2020.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus