• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Perpignan : polémique sur l'hébergement des migrants mineurs

La Cigale, pressentie pour héberger des migrants mineurs à Perpignan. / © France 3 Pays catalan
La Cigale, pressentie pour héberger des migrants mineurs à Perpignan. / © France 3 Pays catalan

Le torchon brûle entre la mairie de Perpignan et le Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales. Le projet du département d'acquérir un hôtel pour héberger des migrants mineurs près du quartier Saint-Jacques n'est pas du goût de la mairie.

Par Céline Llambrich avec Sylvie BONNET

L'hôtel-restaurant La Cigale est bien connu des Perpignanais. Proche du quartier populaire St-Jacques, cette structure est convoitée par le conseil départemental qui souhaiterait la transformer en centre d'hébergement pour 12 mineurs étrangers non accompagnés. Un projet que la mairie de Perpignan a décidé de bloquer en usant de son droit de préemption.
 

Quartier sensible


" La localisation est difficile car elle met en danger l'équilibre d'un quartier déjà compliqué " explique Annabelle Brunet, conseillère municipale de Perpignan pour expliquer le blocage exercé par la mairie au projet départemental. Selon l'équipe municipale, ici coexistent déjà des gens qui sont de catégories socio-professionnelles différentes.
 

"On considère que l'installation à cet endroit d'un lieu dédié à la fois à l'accueil de nuit de jeunes migrants et à des activités poserait une vraie difficulté"

 

Les migrants mineurs de plus en plus nombreux à Perpignan


 Derrière la polémique entre la mairie et le CD se cache une réalité, celle de l'arrivée de plus en plus importante de migrants mineurs non accompagnés dans le département. Les structures habilitées pour les accueillir n'ont plus de places. Depuis plusieurs mois, ces jeunes sont hébergés dans des hôtels de Perpignan. Ils sont 130 à ce jour. Un chiffre en augmentation.

" Le minimum, c'est de les accueillir décemment" explique Anne-Marie Delcamp, de l'association Réseau Education Sans Frontières.
 

"On ne peut pas les laisser seuls dans un hôtel pendant des mois et des mois sans être scolarisés, sans rien du tout, sans formation. L'urgence, c'est ça. C'est de les intégrer".


Le département cherche de nouveaux lieux d'accueil


C'est une des missions du conseil départemental. Oeuvrer à la cohésion sociale. L'accueil des migrants en fait partie et pour faciliter cette intégration, le département à l'obligation de prendre en charge ces jeunes mineurs. Et souhaite, pour cela, acquérir de nouveaux lieux d'accueil.
"Il y a urgence à trouver des lieux d'accueil", argumente Hermeline Maherbe, la présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales.
 

Si on n'arrive pas à identifier où sont ces jeunes et s'ils arrivent et sont dans la rue, ça peut faire plus de dégâts que s'ils sont accueillis, accompagnés et encadrés par nos travailleurs sociaux"


Quelle que soit l'issue du projet autour de la Cigale, dans le département des Pyrénées-Orientales comme ailleurs, l'augmentation de migrants mineurs à héberger est une réalité qu'aucune polémique ne pourra stopper.

Enquête à Perpignan de Céline Llambrich et Alain Sabatier.
Polémique à Perpignan sur l'accueil des migrants mineurs
Enquête à Perpignan de Céline Llambrich et Alain Sabatier.

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus