Le centre des impôts de Perpignan bloqué contre les suppressions de postes

Le centre des finances publiques de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, était bloqué par des agents des impôts, ce lundi, contre les suppressions de postes. Ce site regroupe différents services, dont ceux des impôts des particuliers et des entreprises.

Le centre des finances publiques de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, bloqué par des agents des impôts - 17 octobre 2016
Le centre des finances publiques de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, bloqué par des agents des impôts - 17 octobre 2016 © Maxppp

Les agents des finances publiques se sont mobilisés lundi contre les suppressions de postes, un peu partout en France, en distribuant des tracts et en interpellant le public, tandis que d'autres étaient en grève dans la région lilloise et ont bloqué un site à Perpignan, a-t-on appris de source syndicale.

"Actions jusqu'au 15 novembre"


Leurs syndicats CGT, FO et Solidaires avaient appelé à une journée d'actions locales pour protester contre "les attaques sans précédent sous couvert de contrainte budgétaire" qui mettent leurs services "en danger". Ils les appellent à poursuivre ces actions jusqu'au 15 novembre, jour d'appel à une grève nationale.

Le centre des impôts de Perpignan bloqué


Selon Anne Guyot-Welke de Solidaires, les agents des différents centres des finances publiques de Lille, Tourcoing, Cambrai et Hazebrouck sont en grève depuis le 10 octobre. Dans les Pyrénées-Orientales, ils ont bloqué le site de Perpignan qui regroupe différents services, dont ceux des impôts des particuliers et des entreprises. "Ils ont empêché le public de rentrer dans l'établissement, en se relayant au sein des grévistes", a précisé la même source.

Charge de travail trop importante


A Paris, dans l'Eure, le Morbihan et le Bas-Rhin, "les agents ont procédé à des distributions de tracts et interpellé le public pour le sensibiliser à la situation des finances publiques", selon Mme Guyot-Welke. Les syndicats dénoncent "l'affaiblissement" constant "depuis une quinzaine d'années de la direction générale des finances publiques (DGFiP)", victime "d'attaques sans précédent sous couvert de contrainte budgétaire", qui ont conduit à "un retrait de l'action publique et des services qui la mettent en oeuvre".
Selon eux, les agents ne peuvent plus faire face à la charge de travail, qu'il s'agisse d'accueil, de gestion des dossiers, de lutte contre la fraude fiscale, de conseil aux collectivités locales.

36.000 emplois supprimés depuis 2002


Ils rappellent que 36.000 emplois ont été supprimés depuis 2002, 631 trésoreries fermées depuis 2009, tandis que 1.815 nouvelles suppressions d'emplois (équivalent temps plein) sont prévues dans le cadre de la loi des finances 2017. Sollicité par l'AFP, le ministère de l'Économie et des Finances n'avait pas donné suite en début de soirée.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social emploi impôts finances société