• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Contre le procès des indépendantistes catalans : grève et routes coupées

Les manifestants protestent contre le procès des indépendantistes catalans à Barcelone - 21 février 2019 / © AFP /LLUIS GENE
Les manifestants protestent contre le procès des indépendantistes catalans à Barcelone - 21 février 2019 / © AFP /LLUIS GENE

En Catalogne ce jeudi, une grève d’un jour a été déclarée et des routes ont été coupées. Ils protestent contre le procès de 12 de leurs dirigeants pour la tentative de faire sécession de l'Espagne en octobre 2017. Des manifestants ont été interpellés et d’autres blessés légèrement.
 

Par JM avec AFP

Les manifestants les plus radicaux des groupes séparatistes, ont coupé une vingtaine de routes, dont l'autoroute qui relie la Catalogne à la France, et deux voies de chemin de fer. Vers midi, ils sont descendus sur les voies pour bloquer la circulation dans une gare.
 

2 interpellés et 22 blessés 


La police régionale est intervenue à plusieurs endroits pour rétablir la circulation et a interpellé deux manifestants. 22 personnes ont été légèrement blessées, dont six policiers, selon les services médicaux de la région.

A la mi-journée, plus d'un millier de manifestants se sont rassemblés sur la place de l'Université de Barcelone, agitant des drapeaux indépendantistes. Une autre manifestation était prévue plus tard dans la journée sur un boulevard central de Barcelone.
           
Les transports publics ont fonctionné au ralenti. Mais la plupart des commerces du centre de Barcelone sont restés ouverts.


Grève politique


La grève a été convoquée par le petit syndicat indépendantiste CSC pour protester contre le procès d'ex-dirigeants politiques et associatifs qui s'est ouvert le 12 février à la Cour suprême de Madrid. Ils sont jugés pour avoir organisé en octobre 2017 un référendum d'autodétermination interdit et proclamé sur cette base -sans succès- l'indépendance de la Catalogne.

Les syndicats majoritaires n'ont pas appelé à participer à la grève, et le patronat a critiqué le mouvement, assurant qu'il s'agissait d'une grève à "caractère politique", interdite en Espagne. Mais elle est soutenue par les partis et associations indépendantistes qui ont engagé une série de mobilisations en solidarité avec les accusés et contre le système judiciaire espagnol, qu'ils jugent partial.

Samedi, près de 200.000 personnes selon la police municipale, ont défilé dans le centre de Barcelone derrière une banderole proclamant : "L'autodétermination n'est pas un délit".

Jeudi, la Cour devait terminer d'interroger les 12 prévenus que le parquet accuse de rébellion (ce qui implique un recours à la violence), malversation et désobéissance à la justice. Il réclame des peines allant jusqu'à 25 ans de prison dans le cas de l'ex-vice-président catalan Oriol Junqueras, en détention provisoire depuis novembre 2017.

Tous les accusés ont jusqu'ici insisté sur le caractère pacifique de leur mouvement. Certains ont expliqué qu'ils avaient dû choisir entre obéir à la justice et "le mandat démocratique" de leurs électeurs. Comme en réponse, le roi Felipe VI a déclaré mercredi dans un discours qu'il est "inadmissible d'en appeler à une supposée démocratie au-dessus du Droit".

D'autres prévenus ont minimisé l'impact de la proclamation unilatérale d'indépendance, assurant que celle-ci n'était qu'une déclaration politique sans effets juridiques.
Santi Vila, ex-membre du gouvernement catalan, a ainsi assuré jeudi aux juges que le scrutin du 1er octobre 2017, une fois interdit par la justice espagnole, n'était "plus un référendum mais une grande mobilisation politique".

Le parquet les accuse d'avoir suivi une stratégie concertée et pré-établie entre le gouvernement catalan, le parlement régional et les associations indépendantistes, pour aboutir à la sécession de la région de 7,5 millions d'habitants au nord-est de l'Espagne.

La Cour suprême a décidé mercredi d'accélérer le calendrier des audiences afin de les terminer avant les élections législatives anticipées du 28 avril. La sentence, elle n'est pas attendue avant l'été.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Hérault : des agriculteurs dénoncent la récupération de terres agricoles pour produire de l'électricité verte

Les + Lus