La côte Vermeille, nouveau chemin d’immigration clandestine

Publié le
Écrit par Ophélie Le Piver avec Marc Tamon et Laura-Laure Galy
L'an dernier, un tiers des migrants refoulés l'ont été depuis la côte Vermeille
L'an dernier, un tiers des migrants refoulés l'ont été depuis la côte Vermeille © Laura-Laure Galy

Dans les Pyrénées Orientales, la côte Vermeille est devenue la nouvelle route de l’immigration, habituellement moins surveillée que le Perthus ou l’autoroute A9. Mais depuis quelques temps les autorités multiplient les contrôles en gare comme sur la route.

2021 a été un chiffre record pour les interpellations de migrants dans les Pyrénées-Orientales : 12 830 personnes au total ont été arrêtées. Et depuis le début de l’année, les opérations de contrôle se poursuivent : 6 migrants en situation irrégulière ont été retrouvés hier dans un camion au Perthus, un homme, quatre femmes et un enfant de 2 ans.

Les autorités accentuent les contrôlent aux frontières à Cerbère 

Ce mardi, la gendarmerie et la police aux frontières communique sur ses opérations. La presse était conviée à un contrôle conjoint en gare de Cerbère, à l’arrivée des trains provenant d’Espagne. Car la commune, première escale française, est devenue un point névralgique de l’immigration clandestine dans la région. “On l’explique par l’intensification des contrôles sur l’autoroute A9, et sur le Perthus village ce qui rend difficile le contournement de ces points par les migrants”, analyse Hervé Cazaux, le commissionnaire divisionnaire et directeur interdépartemental PAF Perpignan. “Ici, il y a une topographie qui permet davantage de contourner les contrôles notamment par le tunnel ferroviaire de Cerbère ou par les passages pédestres ou les sentiers de randonnées autour des Balistres.” Depuis un an, plusieurs routes secondaires ont été fermées par le préfet pour mieux contrôler l'accès au département, obligeant ainsi les migrant à trouver d'autres moyens d'accès.

 La Côte Vermeille représente désormais 1/3 des entrées illégales sur le département

Un tiers des clandestins refoulés à la frontière l’an dernier, ont transité par la côte Vermeille. Rien que la semaine passée, 125 migrants y ont été contrôlés. “C’est essentiellement une immigration qui vient du Maghreb, d’Afrique du Nord, avec des populations qui viennent du Maroc et cette année de manière plus importante et plus conséquente que les autres années, des populations qui viennent d’Algérie”, précise le préfet des Pyrénées-Orientales Etienne Stoskopf. “ Ce sont bien souvent des personnes qui arrivent sur les côtes sud de la péninsule ibérique ou au Baléares et qui après se dirigent vers la France.”

Un rassemblement pour une France hospitalière

Des membres du comité de soutien aux sans-papiers sont également présents ce mardi pour manifester contre cette opération, pancartes à bout de bras : “Notre pays s’appelle hospitalité et solidarité”, “bienvenue aux migrants”, “liberté de circulation et d’installation”. Ils dénoncent une politique de fermeture des frontières qui contraint les migrants à prendre toujours plus de risques pour rejoindre la France. “Vous représentez une politique, qui est une politique de fermeture de l’Europe aux gens qui viennent des pays qui malheureusement subissent la misère, subissent la guerre dont nos pays sont en grande partie responsable”, répond Jean Boucher, l’un des membres du collectif au préfet.

Ce mardi, aucune situation irrégulière n'a été relevée lors de ce contrôle.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.