• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Opération #Dysturb dans les rues de Perpignan

Pierre Terdjman et son équipe #dysturb / © France 3 LR /Dorothée Bérhault
Pierre Terdjman et son équipe #dysturb / © France 3 LR /Dorothée Bérhault

Le photojournalisme s'affiche à même les murs de Perpignan. Le collage de grands formats a démarré dimache midi rue du Castillet. Une façon pour Pierre Terdjman reporter photographe de revendiquer un autre support pour informer.

Par Laurence Creusot

Ils sont arrivés vers midi armés de balais, un seau de colle à la main aux abords du Couvent des Minimes.
D'un sac ils sortent de grands rouleaux de papier imprimés en noir et blanc. Un mur est enduit de colle. Une poubelle sert d' escabeau. En quelques instants la photo est installée.
L'opération du collectif #dysturb a commencé. Nous sommes à Perpignan à deux pas du Castillet.
Collage rue du Castillet / © France3 LR/L.Creusot
Collage rue du Castillet / © France3 LR/L.Creusot
L'exercice est un peu sportif et le mobilier urbain roulant est un allié important. Le délicat à Perpignan c'est de ne pas rater l'alignement en plein vent. 
"Attention c'est pas droit. Décolle un peu. Attention tu risques de le déchirer ..."
Collage #Dysturb rue du Castillet à Perpignan / © France 3 LR / L.Creusot
Collage #Dysturb rue du Castillet à Perpignan / © France 3 LR / L.Creusot
D'ordinaire le collage a lieu de nuit à la sauvage dans les rues de Paris. A Perpignan, Jean-Marc Pujol a donné son accord et l'ambiance est plus bon enfant. Mais l'objectif demeure le même pour le collectif #dysturb né en mai dernier : "donner à voir des photos d'actualité en pleine rue pour réveiller les consciences"."Trouver un nouveau support". "Montrer qu' en pleine crise de la presse, le photojournalisme n'est pas mort".

#dysturb

#dysturb comme déranger, perturber avec un hastag pour relayer l'opération sur les réseaux sociaux
Les reporter Pierre Terdjman et Benjamin Girette ont été rejoints par une dizaine de photographes dans cette nouvelle forme de diffusion de leurs reportages.

Les collages ont commencé à Paris en mai dernier, mais aussi à Sarajevo en juillet. Plus d'une centaine de grands formats déjà.
Ils ont choisi les murs de la ville pour diffuser plus largement mais aussi pour nous obliger à ouvrir les yeux sur cette actualité lointaine.

Pierre Terdjman expose à Visa ses photos de Centrafrique au premier étage du Couvent des Minimes avec Paris Match.
Mais retrouver la violence de Bangui au détour de sa rue, c'est vraiment un autre choc, un autre poids.
Photo prise par Guillem Valle en septembre 2009 dans une mine d'or au Kivu en RDC / © France 3 LR / L. Creusot
Photo prise par Guillem Valle en septembre 2009 dans une mine d'or au Kivu en RDC / © France 3 LR / L. Creusot
Une vingtaine de photos ont été installées dans les rues du centre de Perpignan ce 31 août pour #dysturb.

Toute l'actualité de Visa pour l'image 2014

VISA pour l'image opération #dysturb
Opération #dysturb s'affiche dans les rues de Perpignan
Un reportage de Berhault Dorothée, Savineau Frédéric et Olivier Jean-Yves

avec:
Pierre Terdjmann
Fondateur du collectif  ''# Disturb"

Capucine Granier-Deferre
Reporter-photographe

A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus