• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Perpignan : dix et onze ans de réclusion criminelle pour avoir violé une femme, filmé et diffusé le crime sur Snapchat

Le palais de justice de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales - 18 décembre 2018 / © France 3 LR
Le palais de justice de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales - 18 décembre 2018 / © France 3 LR

Deux hommes originaires de Perpignan ont été condamnés par la cour d’assises des Pyrénées-Orientales, ce lundi à 10 et 11 ans de réclusion criminelle pour avoir violé une femme, filmé et diffusé leur crime sur Snapchat en 2016.

Par Joane Mériot

Les deux hommes âgés aujourd’hui de 21 et 25 ans ont été condamnés par la cour d’assises des Pyrénées-Orientales à 10 et 11 ans de réclusion criminelle pour « viol en réunion », « atteinte à l’intimité » et « renseignement sur l’identité d’une victime ». 

Les deux suspects ont violé une femme, âgée de 18 ans à l'époque des faits, mais aussi filmé et diffusé leur crime en direct sur Snapchat.

La cour d’assises de Perpignan,​ dans les Pyrénées-Orientales, a également condamné les deux hommes à 25.000 euros de dommages et intérêts.
 

Une vidéo vue par des milliers d'utilisateurs 


Les faits se sont produits le 3 janvier 2016. Il est quatre heures du matin quand les policiers sont avertis qu’un viol a lieu en direct sur le réseau social Snapchat. Grace aux vidéos qui circulent, les policiers repèrent très vite les lieux et interviennent dans le quartier Serrat d'En Vaquer, à Perpignan.

Ils arrivent sur place aux alentours de 6h, tout de suite les policiers interpellent les deux suspects.  Entre temps la vidéo a été vue par des milliers d’utilisateurs, un des « amis » a partagé cette vidéo, qui devait être éphémère, sur Facebook. Ce soir-là, des signalements ont été faits jusque dans la région parisienne.
 

La victime alcoolisée et droguée 


Les policiers ont retrouvé la victime totalement inerte. La jeune femme avait consommé beaucoup de drogues et d’alcool, elle avait été transportée vers le centre hospitalier.


 

Sur le même sujet

Sète et les Morello : une histoire de famille

Les + Lus