Perpignan : les gilets jaunes ne veulent pas de la CGT

Les gilets étaient peu nombreux ce matin devant le Castillet. Le syndicat CGT 66 a rejoint le mouvement populaire et la majorité des gilets jaunes ne partagent pas les idées du syndicat. 

Les gilets étaient peu nombreux ce matin devant le Castillet. Le syndicat CGT 66 a rejoint le mouvement populaire et la majorité des gilets jaunes ne partagent pas les idées du syndicat. 
Les gilets étaient peu nombreux ce matin devant le Castillet. Le syndicat CGT 66 a rejoint le mouvement populaire et la majorité des gilets jaunes ne partagent pas les idées du syndicat. 
Les gilets étaient peu nombreux ce matin devant le Castillet. Le syndicat CGT 66 a rejoint le mouvement populaire et la majorité des gilets jaunes ne partagent pas toutes les idées du syndicat. 

On veut agir tous ensemble parce que tous ensemble on est dans le même camp


Depuis ce matin la CGT partage le ras le bol des gilets jaunes et compte bien cette semaine en parler à l'intersyndical du département des pyrenées-Orientales
"On ne revendique pas de paternité. On veut agir tous ensemble parce que tous ensemble on est dans le même camp. C'est l'expression d'un ras le bol général."

La CGT s'en mèle, ça devient politique et je n'aime pas ça


La majorité des gilets jaunes n'étaient pas present ce matin en centre ville mais ils étaient plutot à la périphérie de Perpignan. "La CGT s'en mèle, ça devient politique et je n'aime pas ça. Et il y a beaucoup de personne qui ont déserté le centre ville pour venir dans les ronds points stratégiques.

Ici, il n'ya eu aucune radicalisation et violence comme à Paris. Faute d'écoute de l'Etat, le mouvement des gilets jaunes des Pyrénées-Orientales devrait continuer. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prix du carburant consommation économie manifestation social