• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A Perpignan, les victimes mineures peuvent désormais déposer dans un lieu adapté

Du matériel vidéo permet d'enregistrer en une fois la déposition et une seconde salle, derrière le miroir, permet aux enquêteurs d'écouter en ménageant les mineurs / © F3 LR
Du matériel vidéo permet d'enregistrer en une fois la déposition et une seconde salle, derrière le miroir, permet aux enquêteurs d'écouter en ménageant les mineurs / © F3 LR

Depuis 3 semaines, les dépositions de victimes mineures ont lieu dans des salles adaptées, au sein de l'hôpital de Perpignan. Un dispositif qui ménage les enfants qui ont subi des violences qui, désormais, ne déposent qu'une fois au lieu de 3. Explications.

Par Valérie Luxey

Permettre aux enquêteurs de recueillir la parole des enfants tout en ménageant ces mineurs victimes d'agressions sexuelles ou de violences, c'est l'objectif des nouvelles salles de l'hôpital de Perpignan. Dans l'une, aménagée pour être accueillante, la jeune victime peut raconter les faits en toute confiance, sans avoir à se répéter. Une caméra et des micros enregistrent la déposition. Elle sera ensuite gravée sur 2 CD qui seront placés sous scellés et versés à la procédure.

Miroir sans tain et vidéo

Dans l'autre, derrière un miroir sans tain, les enquêteurs peuvent assister à l'audition sans perturber l'enfant. En une seule fois au lieu de 3, la victime sera ainsi entendue et examinée par les forces de l'ordre, les autorités judiciaires et les médecins légistes. Installées au sein du service pédiatrie de l'hôpital de Perpignan, ces salles ont coûté 31 000 €, financés par l'hôpital et l'association "La Voix de l'Enfant".

Déjà 4 mineurs entendus

4 jeunes mineurs y ont déjà été entendus depuis leur entrée en service, fin février 2015. Il existe 50 salles de ce type en France. Un dispositif instauré par une loi de 1998. Nos reporters Xavier Armengaud et Jean-François Puakavase ont pu visiter les salles perpignanaises.
A Perpignan, un lieu pour entendre les victimes mineures
Au sein de l'hôpital de Perpignan, 2 salles flambant neuves permettent de recueillir avec ménagement la parole des mineurs victimes de violences.

 

Sur le même sujet

Occitanie : vers une pénurie de miel d'ici la fin de l'année ?

Les + Lus