Perpignan : vent de colère autour des sacs en plastique

La tramontane dissémine les sacs en plastique dans les champs, provoquant la colère de certains exploitants / © F3 LR
La tramontane dissémine les sacs en plastique dans les champs, provoquant la colère de certains exploitants / © F3 LR

A chaque épisode venteux, c'est la même chose : aux abords des zones commerciales perpignanaises, la tramontane dissémine quantité de sacs en plastique. Une pollution que dénoncent les défenseurs de l'environnement et certains exploitants agricoles, victimes de cette prolifération.

Par Valérie Luxey

Un vent de colère souffle aux abords des zones commerciales perpignanaises. Sur son domaine viticole, à chaque coup de tramontane, Jean-François Rière récolte une quantité impressionnante... de sacs en plastique. Et il estime que cette moisson nuit à l'image de son exploitation, son vin étant certifié bio. Et le spectacle est le même un pêu partout autour des ZAC catalanes, selon l'ONG France Nature Environnement.

17 milliards de sacs en France

Contactée par nos journalistes Aude Chéron et Alain Sabatier, la mairie de Perpignan assure les équipes municipales de nettoyage seront renforcées dès que le vent se sera calmé. Mais le problème de fond reste la difficile application de l'interdiction des sacs en plastique dans les commerces. En 2014, la France en a consommé 17 milliards.
Perpignan : vent de colère autour des sacs en plastique
A Perpignan, les sacs en plastique s'amoncèlement aux abords des zones commerciales à chaque épisode venteux. Une pollution que dénoncent les défenseurs de l'environnement. - France 3 Languedoc-Roussillon

Ce que dit la loi

Pour lutter contre ces sacs, utilisés seulement quelques minutes mais qui mettent plusieurs centaines d'années à se dégrader, et qui en attendant sont ingérés par les oiseaux et les animaux marins, le gouvernement les a interdit. Une interdiction en vigueur depuis le 1er janvier... Enfin, presque. Car le décret d'application a été repoussé au 1er juillet. En attendant, les commerçants peuvent toujours les distribuer, jusqu'à épuisement des stocks et pas au-delà.

Restrictions drastiques à partir du 1er juillet 2016

A partir du 1er juillet, seuls pourront être distribués pour emballer les marchandises dans les points de vente :

  • Les sacs plastique réutilisables (vendus en caisse),
  • Les sacs pour emballage de fruits et légumes en vrac,
  • Les sacs constitués d'une autre matière que le plastique (papier, tissu, etc.),
  • Les sacs compostables constitués de matières biosourcées, c’est-à-dire à base de matière végétale (amidon par exemple).

Extension de l'interdiction dans moins d'un an

À partir du 1er janvier 2017, l’interdiction sera étendue :

  • Aux sacs en matières plastiques à usage unique destinés à l’emballage de marchandises au point de vente autres que les sacs de caisse,
  • Aux emballages plastique non biodégradables et non compostables en compostage domestique, pour l’envoi de la presse et de la publicité (mise sous blister).
Par ailleurs, sont dorénavant interdites la production, la distribution, la vente, la mise à disposition et l’utilisation d’emballages ou de sacs fabriqués à partir de plastique oxo-fragmentable, matière dégradable, mais ni assimilable par les micro-organismes, ni compostable.

2020 : au tour de la vaisselle jetable

En 2020, ce sera au tour de la vaisselle jetable en plastique (gobelets, verres et assiettes jetables) d’être interdits, sauf ceux compostables en compostage domestique et constitués de matières biosourcées. Toutes ces informations sont à retrouver sur le site officiel de l'administration française.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus