P.O : l'arbitre est agressé et sa voiture vandalisée

C'était un match amateur mais l'arbitre a été agressé, samedi dernier à Ille-sur-Têt. Deux jours plus tard, il a retrouvé son véhicule vandalisé à Perpignan avec cette signature : "En souvenir de samedi".

Les gendarmes catalans enquêtent sur l'agression pendant le match ainsi que sur le vandalisme du véhicule de l'arbitre.
Les gendarmes catalans enquêtent sur l'agression pendant le match ainsi que sur le vandalisme du véhicule de l'arbitre. © Max PPP. Illustration
C'est une information de nos confrères de France Bleu Roussillon. L'arbitre d'un match entre Ille-sur-Têt et Canet-en-Roussillon a été agressé samedi dernier. Le match a été arrêté à la mi-temps mais deux jours plus tard, l'arbitre a retrouvé son véhicule vandalisé avec un mot qui ne laisse pas de doute sur l'origine de l'acte : "En souvenir de mardi". La victime a déposé deux plaintes à la gendarmerie. L'une pour l'agression, l'autre pour son véhicule.

Un match sous tension


Alors que le match amateur avait bien démarré, samedi dernier à llle-sur-Têt, une décision d'arbitrage a valu un but à Ille-sur-Têt peu avant la mi-temps. Décision contestée par les joueurs énervés.  Pendant la mi-temps, l'arbitre, Jérémy, âgé de 27 ans, est pris à partie par les supporters avec insultes et crachats, avant qu'un coup violent dans le portail le blesse au bras et au front. Le match est arrêté et l'arbitre part se faire soigner à l'hôpital. sur le trajet il a la sensation d'être suivi.

Le véhicule de l'arbitre vandalisé lundi


Vitres brisées et portes forcées. Lundi matin l'arbitre retrouve sa voiture endommagée. Son sac d'arbitre et d'autres effets personnels ont été dérobés. Le tout avec un petit mot qui ne laisse aucun doute sur l'origine de l'acte: "Souviens-toi de samedi"
Jérémy a immédiatement porté plainte auprès de la gendarmerie. Une plainte pour l'agression de samedi et l'autre pour la dégradation de sa voiture et le vol de ses affaires.

Selon nos confrères de France Bleu Roussillon, le district de football des Pyrénées-Orientales ne souhaite pas s'exprimer avant d'en savoir pus.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence football sport enquêtes justice