Pour sauver « Monsieur le cerf », des villageois se mobilisent

Publié le
Écrit par Sophie Mercier

Pétition en ligne et manifestation, les habitants d’Eyne, dans les Pyrénées-Orientales se mobilisent pour sauver la mascotte du village : un cerf qui a élu domicile dans les jardins de la commune depuis plusieurs mois. Mais après la plainte d’un riverain, l’animal pourrait être abattu.

Dans le village d’Eyne, dans les Pyrénées-Orientales, tout le monde connaît « Monsieur le cerf » : ce cervidé a élu domicile dans la station depuis de nombreux mois. S'il n’est pas rare d’observer des biches ou des cerfs de passage dans le jardin, celui-ci ne semble pas décider à quitter les lieux.

La nouvelle coqueluche du village d'Eyne 

Le cerf est ainsi observé tous les jours dans différents jardins de la commune, il se laisse approcher et nourrir et dort même sur place. Des images partagés de nombreuses fois sur les réseaux sociaux. Une proximité rare avec cet animal sauvage qui fait le bonheur de nombreux habitants.

Mais les jours de « Monsieur le cerf » sont peut-être comptés. En effet, après avoir commis l’erreur de brouter un bosquet de fleur, le cervidé a été dénoncé auprès de la mairie par un villageois agacé de voir son jardin endommagé. Selon le villageois, l’animal aurait un comportement agressif. Pour remédier à cette situation, les autorités envisagent de déplacer ou d’abattre l’animal.

Menacé d'exécution après avoir mangé des fleurs 

Inacceptable pour Mathilde Manya, qui lance alors une pétition en ligne. Et c’est toute une vallée qui se mobilise pour sauver "monsieur le cerf". La pétition a obtenu 4767 signatures en quelques jours. 

« Des habitants se sont plaints notamment, car "il mange les fleurs ". Peut-être que ces personnes devraient aller habiter en ville, personne n'a encore vu de pigeons manger des fleurs ?En attendant, nous souhaitons à tout prix éviter l'abattage de cet animal sauvage. Eyne est un village de montagne entouré de forêts et d'une vallée protégée. Cet animal sauvage est chez lui » explique Mathilde Manya.

L’association locale de Défense des animaux Pil poils, s’est également mobilisé pour sauver le cervidé en organisant une manifestation samedi 16 avril dans la commune.

Les habitants se mobilisent 

Une affaire qui selon le maire d’Eyne, Alain Bousquet, est allée beaucoup trop loin. Il rappelle que la mairie n’a jamais ordonné l’abattage de l’animal, et que le dossier est entre les mains de l’Office français de la biodiversité, seul habilité, avec la Préfecture à traiter les dossiers sur la faune sauvage et le parc cynégétique. Aucune décision n’a été prise pour le moment.

Le maire rappelle qu’il est déconseillé de donner à manger à l’animal, car cela pourrait lui nuire et créer des accidents. En effet, si le cerf n’est pas un animal dangereux, il n’en reste pas moins un animal sauvage aux réactions imprévisibles.