Vidéo de viol présumé à Perpignan : les 2 hommes mis en examen pour viol en réunion

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabrice Dubault
Achille Kiriakides, procureur de la République de Perpignan - 5 janvier 2016.
Achille Kiriakides, procureur de la République de Perpignan - 5 janvier 2016. © France 3 LR

Le procureur de la République de Perpignan a annoncé, mardi midi, l'ouverture d'une information judiciaire pour "viol en réunion, enregistrement d'images d'un viol en réunion et atteinte à la vie privée" contre les 2 hommes. Ils encourent jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle.


Le procureur de Perpignan, Achille Kiriakides, a ajouté que les deux auteurs présumés de cette vidéo seraient mis en examen "ce matin" mardi.
Ils avaient été placés en garde à vue dimanche matin après la diffusion d'images d'une relation sexuelle particulièrement brutale sur une jeune femme de 18 ans.

durée de la vidéo: 01 min 36
Viol à Perpignan en vidéo : le parquet met en examen les 2 suspects pour viol en réunion


Les deux jeunes hommes de 18 et 22 ans avaient été placés en garde à vue dimanche matin après la diffusion d'images d'une relation sexuelle particulièrement brutale.
L'identification de l'un d'entre eux avait permis de remonter jusqu'au trio dans un appartement de Perpignan.
Ils s'étaient retrouvés samedi 2 janvier au soir pour "selon leurs dires, faire la fête", a déclaré le procureur à la presse, relevant le "contexte d'alcoolisation" de la soirée.

durée de la vidéo: 01 min 42
Vidéo de viol présumé à Perpignan : les 2 hommes mis en examen pour viol en réunion ©F3 LR


"A un moment donné, la jeune fille a subi des rapports sexuels qui ont été filmés avec un téléphone portable", puis diffusés sur les réseaux sociaux, a-t-il dit, au côté du directeur départemental de la sûreté publique des Pyrénées-Orientales en charge de l'enquête, Yannick Janas.


La vidéo montre une relation sexuelle particulièrement brutale ressemblant à un viol entre deux hommes et une femme.
Le montage d'un peu moins de cinq minutes, diffusé sur Snapchat et relayé sur plusieurs réseaux sociaux comme Facebook, est accompagné de commentaires écrits dégradants sur la jeune femme tout au long de la relation sexuelle.

Le procureur a précisé que "les expertises médicales, informatiques, toxicologiques et psychologiques" détermineraient si "ces relations ont été intégralement et librement consenties".


La victime n'a pas déposé plainte "pour le moment", a-t-il dit.
S'ils sont reconnus coupables, les jeunes encourent jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.