Port-Vendres : que dépensent les croisiéristes à terre ?

Nombre de paquebots font escale dans les Pyrénées-Orientales pendant les croisières en Méditerranée. Ces énormes bateaux promènent une clientèle haut de gamme, étrangère qui, parait-il, rapporte gros aux petits ports du littoral. Vrai ou faux ? Notre enquête à Port-Vendres.

Les bateaux de croisière et leurs riches touristes étrangers, une manne pour les villes portuaires de la région
Les bateaux de croisière et leurs riches touristes étrangers, une manne pour les villes portuaires de la région
A Port-Vendres, quand les touristes canadiens, américains, australiens ou anglais débarquent à terre, une bonne moitié prend le bus pour partir en excursion. Il en reste 200 pour flâner à quai, mais tous ne fréquentent pas forcément les restaurants. 

Même si en moyenne, chaque passager dépense 55 euros par escale, l'impact économique de ces croisiéristes sur les villes du littorale est un peu difficile à évaluer. Néanmoins, à Port-Vendres, la municipalité n'espère qu'une chose : que ces touristes, séduits par la beauté du paysage et par l'accueil, reviennent sur place passer quelques jours de vacances. 


durée de la vidéo: 01 min 49
Bateaux de croisière : une véritable manne touristique?

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie littoral