Pyrénées-Orientales : des ossements d'un lion de 400 kg datant de 100 000 ans découverts dans une grotte du Conflent

On l'appelle la "grotte aux lions". Des chercheurs ont découvert des ossements d'animaux vieux de 100.000 ans à Villefranche et Corneilla-de-Conflent, dans les Pyrénées-Orientales. Certains squelettes laissent deviner des lions gigantesques, des monstres de 400 kg.

De nombreux ossements d'animaux, parfois très rares, ont été découverts dans une grotte des Pyrénées, située dans la commune de Corneilla-de-Conflent. Pas moins de 12.000 pièces au total !
Les hauteurs de Villefranche-de-Conflent sont un véritable gruyère qu'arpentent depuis des décennies Jean-Louis et Michel, partageant leur passion de la spéléologie avec des chercheurs de l'Université autonome de Barcelone. Pas moins d'une centaine de galeries souterraines bordent Villefranche. Récemment, ils ont découvert l'entrée d'une grotte jusqu'alors inexplorée.

"On l'appelle la grotte de la carrière car nous sommes juste au-dessus d'une ancienne carrière qui était exploitée dans le passé" explique Jean-Louis Perez, président du Conflent Spéléo Club.

Une grotte pas toujours facilement accessible et d'une longueur de 243 mètres. Et qui va vite devenir l'objet de recherches. Depuis, l'équipe passe des journées entières à la lumière des frontales, grattant la cavité au couteau et au pinceau, assis dans un petit espace sous la voute de la grotte.

VOIR notre reportage dans les Pyrénées.

"Elle a la particularité d'avoir différents niveaux couvrant au total une période de 300 000 ans... C'est très rare !" , détaille Joan Madurell Malapeira chercheur à l'Université Autonome de Barcelone.

12 000 ossements... de bêtes géantes

Ici, les étudiants barcelonais ont mis au jour un incroyable bestiaire : rhinocéros, panthères et autres animaux tous plus étonnants sous nos latitudes. Les fouilles commencées en 2015 ont ainsi permis aux chercheurs de découvrir les restes de dizaines d'animaux sur différentes strates, correspondant à plusieurs époques. Des plus classiques, comme des restes de renards, de lynx ou de chamois, aux plus rares comme des ossements de panthère.
Les spécialistes ont également exhumé des os de rhinocéros, de hyènes, d'ours des cavernes, mais aussi ceux d'un lion. Des mâchoires, vertèbres, côtes, plus de 60 de ses os ont été retrouvés.

"Il s'agissait a priori d'un lion qui faisait le double de la taille de ceux que nous connaissons aujourd'hui, peut-être 400 kilos. Les ossements du lion remonteraient à 100 000 ans" s'étonne le spéléologue. 

Il y a des ours qui font 800 kg, des lions qui  faisaient 400 kg... on a du mal à l'imaginer de nos jours !

Jean-Louis Perez, Président du Conflent Spéléo Club.

Un trésor pour la recherche

Le secret de la richesse de la grotte de la carrière se trouve au fond d'un trou, une sorte de puits naturel.

"Quand la Têt était en crue, l'eau ramassait les fossiles des autres galeries de la grotte et tout se déversait ici, dans le point le plus bas"explique Joan Madurell Malapeira, chercheur à l'Université Autonome de Barcelone.

Au total, les campagnes de fouilles ont permis de mettre au jour plus de 12.000 ossements qui sont depuis entreposés à Prades.

"Dans les derniers millénaires de l'époque glaciaire, cette vallée de la Têt n'a jamais été totalement gelée. Elle constituait donc une voie naturelle pour les animaux et les humains qui descendaient de l'Europe Continentale vers la péninsule Ibérique" conclut le chercheur.

Les fouilles se poursuivent à la grotte de la carrière. Pour l'heure, il n'y a pas été découvert de traces humaines. Car à l'époque, l'environnement était pour le moins hostile.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archéologie culture patrimoine animaux nature histoire pyrénées montagne catalogne international espagne