Pyrénées-Orientales : opération de sauvetage des poissons en détresse à cause de la sécheresse

Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) - l'une des mares dans laquelle la fédération a procédé à une opération de sauvetage de poissons - octobre 2019 / © FTV - Louise Klethi
Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) - l'une des mares dans laquelle la fédération a procédé à une opération de sauvetage de poissons - octobre 2019 / © FTV - Louise Klethi

À Rivesaltes, commune des Pyrénées-Orientales, le niveau de l’Agly, a fortement baissé. Faute d’eau, des poissons se retrouvent coincés dans des mares. Pour les sauver, la fédération pour la pêche et la préservation des milieux aquatiques organise régulièrement des opérations de pêche.

Par C. Nowak avec Marine Lesprit

Dans l’Agly, fleuve côtier qui traverse l’Aude et les Pyrénées-Orientales, des centaines de poissons agonisent. Ils sont pris au piège dans une mare de quelques mètres carrés. En cause ? La sécheresse et la présence de failles dans les sols ont conduit à l’épuisement de l’eau de ce fleuve au péril de la faune. Une situation qui se réitère d'années en années et qui menace fortement la faune et la flore de ces territoires. 

Pour faire face à cette situation, la fédération pour la pêche et la préservation des milieux aquatiques, organise des opérations de sauvetage. L'objectif est de récupérer ces poissons vivants afin de les transférer dans un endroit où le niveau de l'eau est suffisant pour leur survie. 
 

Des poissons prisonniers

 

L’eau a baissé très vite, les poissons sont restés prisonniers dans la mare. On fait des pêches de sauvetage pour les sortir et les mettre en avant ou en aval ou il y a encore de l’eau, explique André Feagéde, garde-pêche bénévole. 


Armés d'un sceau et d'un dispositif de pêche électrique, les bénévoles capturent pendant toute la matinée de nombreux poissons. Cette technique de pêche dite "non létale", créé une nage forcée des poissons vers le porteur électrique.
 

Les poissons sont alors "assomés", et peuvent être transportés facilement.
 

Le niveau de la mare dans laquelle on pêche baisse très rapidement. Ce genre de flaque en 72h peut partir, tout le monde meurt, d'ou la nécessité d’intervenir assez vite, déplore Olivier Baudier, président de la Fédération pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (66).

La fédération estime avoir prélevé au moins 300 kg de poissons dans une mare. L'opération pourrait être renouvelée si la pluie se fait encore attendre.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus