• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Pyrénées-Orientales : projection du film Océans sur la plage de Collioure

Le film documentaire Océans est avant tout l'histoire d'une rencontre entre deux hommes : Jacques Perrin (à gauche) et Louis Ballofi. Dans les années 60, le premier est acteur et vient à Collioure pour un tournage et découvre la mer sur la barque catalane de "Petit Louis", pêcheur au lamparo. / © F3 LR
Le film documentaire Océans est avant tout l'histoire d'une rencontre entre deux hommes : Jacques Perrin (à gauche) et Louis Ballofi. Dans les années 60, le premier est acteur et vient à Collioure pour un tournage et découvre la mer sur la barque catalane de "Petit Louis", pêcheur au lamparo. / © F3 LR

Le film Océans a été projeté en plein air ce week-end sur la plage Saint-Vincent de Collioure, en présence du réalisateur Jacques Perrin. Derrière ces images qui témoignent des richesses souvent inconnues des fonds marins se cache une autre histoire.
 

Par Walid Kachour

Quand les rencontres débouchent sur de grands succès. Le documentaire "Océans", primé en 2009 aux Césars comme meilleur film documentaire était rediffusé ce samedi 21 Juillet sur la plage Saint-Vincent de Collioure. 


Une rencontre comme point de départ


Le film a vu le jour grâce à la rencontre improbable du réalisateur Jacques Perrin et d'un pêcheur catalan. 
Dans les années 1960, le premier est acteur et débarque à Collioure pour un tournage, tandis que le second est l'un des derniers pêcheurs au lamparo. Jacques Perrin découvre la mer, sur la barque catalane de Petit Louis.

"Je faisais un film et tournait de temps en temps. Mais toutes les nuits, tournage ou pas, j'étais sur le bateau de Louis" se remémore Jacques Perrin, 77 ans et la mémoire intacte.


Au bon souvenir d'un autre Collioure et d'une autre mer


Le fameux pêcheur, c'est Louis Ballofi, 96 ans. Le nonagénaire a connu un Collioure qui n'existe plus. Celui d'un port de pêche atypique où l'on accostait à même la plage.
"On partait le soir pour la pêche au lamparo. On ramenait 5 à 10 tonnes de sardines. Louis a même pêché des thons de 200 kg" regrette Perrin. Son film s'interroge sur l'action néfaste de l'homme sur la mer, qui a conduit aux dégâts actuels, comme la pollution, la perte de biodiversité marine.

"Il faut vivre avec notre temps. Il nous reste heureusement la force des souvenirs. La mer est beaucoup plus forte que la mauvaise volonté des hommes. Elle se régénère souvent. Il y a la diversité qui est en péril et c'est plus difficile" déplore le lauréat de l'interprétation masculine à la Mostra de Venise en 1966.

Cette première séance en plein air organisée par l'association des commerçants de Collioure pourrait marquer le début d'une autre histoire, avec la programmation régulière de projections sur la plage.
 

 

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Nîmes : 5 Gilets jaunes relaxés dans l'affaire de l'incendie du centre des impôts le 31 décembre

Les + Lus