Tempête Gloria : les niveaux des barrages de l'Aude et des Pyrénées-Orientales sous haute surveillance

Cassagnes (Pyrénées-Orientales) - des délestages au barrage de Caramany - 23 janvier 2020. / © F3 LR M.Lesprit
Cassagnes (Pyrénées-Orientales) - des délestages au barrage de Caramany - 23 janvier 2020. / © F3 LR M.Lesprit

A chaque épisode de fortes pluies, les rivières grossissent et viennent remplir les lacs et retenues d'eau en aval des Pyrénées. Des réservoirs géants qui régulent le débit des fleuves mais qui en cas de surcote deviennent dangereux pour les populations alentours, d'où des lâchers d'eau de sécurité.

Par Fabrice Dubault


En cas de fortes pluies et/ou d'inondations, les barrages et retenues d'eau sont là pour réguler le débit des cours d'eau, en aval.
Mais quand l'eau qui arrive en amont est trop importante et que la capacité de la structure se rapproche des maximas, il faut réaliser des lâchers d'eau.
D'abord pour éviter la rupture de l'ouvrage mais aussi pour stopper un possible débordement sur le site et en amont. Par ailleurs, ces délestages souvent spectaculaires doivent se faire de façon contrôler pour ne pas créer une crue voire une inondation en aval et noyer les villages ou villes alentours.
Il faut donc anticiper ces phénomènes pour prévenir une catastrophe.
 
 

Le barrage de Caramany


Le barrage de Caramany est situé sur l'Agly. Il est positionné en aval du lac de Caramany, sur la commune de Cassagnes, dans les Fenouillèdes.
Mis en service en 1994, cet ouvrage a une capacité de retenue de 49 millions de m3 d'eau, sur une surface de 450 hectares. C'est un barrage d'écrêtement, c'est à dire que cette réserve d'eau artificielle est destinée à la régulation du milieu naturel et à la prévention des crues.

Mercredi soir, il a atteint un pic : 38,5 millions de m3. Soit les 20 millions habituels, plus 18,5 millions de m3 supplémentaires issus des rivières et affluents en amont, en 48 heures. Un niveau record à 15m48.
Mais le barrage n'a pas encore atteint son niveau maximal.

Depuis ce jeudi matin, la décrue est amorcée. Le niveau de l'eau a baissé de 2 mètres.
 
Cassagnes (Pyrénées-Orientales) - des délestages au barrage de Caramany - 23 janvier 2020. / © F3 LR M/Lesprit
Cassagnes (Pyrénées-Orientales) - des délestages au barrage de Caramany - 23 janvier 2020. / © F3 LR M/Lesprit


Les barrages de Matemale et de Puyvalador... et les rumeurs


Ces 2 barrages régulent le cour de l'Aude, très en amont du fleuve.

Le barrage de Matemale est en Capcir, dans les Pyrénées-Orientales, à 1.500 mètres d'altitude. Alors que le fleuve est long de 224 kilomètres.

Mis en service en 1959, cet ouvrage a une capacité de retenue de 20 millions de m3 d'eau, sur une surface de 220 hectares. C'est un barrage de retenue, de 30 mètres de haut, destiné à la production d'électricité hydraulique.

Celui de Puyvalador est plus bas et plus au nord, toujours sur le fleuve Aude. Il a été mis en service en 1932 et a une capacité de près de 10 millions de m3. Il fait également 30 mètres de haut et produit de l'électricité.
 

Dès mercredi, des rumeurs du rupture du barrage ont circulé sur les réseaux sociaux. Ceux de Matemale et de Puyvalador étaient cités. Ces fake news refont leur apparition à chaque inondations ou intempéries. Et les démentis de la préfecture des Pyrénées-Orientales et des municipalités concernées n'y font rien.
 
Réaction de la préfète de l'Aude
Sophie Elizéon - Préfète de l'Aude - F3 LR

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus