• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Visa pour l'Image à Perpignan : les jeunes générations sur les traces des photographes

Des jeunes à la découverte des photos de Visa pour l'Image 2019. / © France 3 / Christelle Chabaud
Des jeunes à la découverte des photos de Visa pour l'Image 2019. / © France 3 / Christelle Chabaud

Pour clôturer sa 31ème édition, le Festival International du Photojournalisme "Visa pour l'Image" a accueilli des groupes scolaires de toute la France, du 16 au 20 septembre.

Par Léa Bouquet

Le 31ème Festival International du Photojournalisme a fermé ses portes le 15 septembre... mais pas pour tout le monde !

Du 16 au 20 septembre, Visa pour l'Image a accueilli des groupes scolaires de la France entière. Comme chaque année, les élèves de primaire, collège et lycée ont pu accéder librement aux expositions et même rencontrer des photojournalistes.
 

 

Près de 12 500 élèves cette année


Sur ces cinq jours, 12 500 élèves ont poussé les portes du célèbre festival de photos.

Et bien souvent, les images n'ont pas laissé ce jeune public insensible : interrogation, révolte, tristesse, colère... Pour cette jeune génération, ces expositions sont bien souvent une façon d'apprendre à décrypter l'information et à développer un esprit critique.

"Je dis toujours : si pendant la semaine scolaire, on change, on ouvre l'esprit d'un ou deux élèves, on a gagné !" affirme Jean-François Leroy, directeur général de Visa pour l'Image dans une vidéo sur le site internet du festival.

 

Rencontrer des intervenants qui font le photojournalisme

 
Les intervenants aussi prennent plaisir à partager leurs techniques et leurs souvenirs de reportage. C'est le cas d'Alain Keler, qui s'intéresse depuis plus de dix ans à la condition des Roms à travers l'Europe.

Présent lors de cette semaine scolaire, le photojournaliste a conseillé à ses jeunes spectateurs de conserver à tout prix leurs photos.
 

La photographie, c'est la mémoire. Ça peut partir en fumée si on ne fait pas attention.
 


Des échanges qui, on l'espère, ont pu réveiller des vocations !
 

A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus