Réforme de la carte judiciaire : une "journée blanche" ce jeudi pour les barreaux du grand Sud-Ouest

Les 36 barreaux du grand Sud-Ouest, parmi lesquels ceux de Montpellier, Mende et Toulouse, sont appelés à une journée de grève ce jeudi 14 décembre, pour protester contre le silence du ministère de la Justice au sujet de la réforme imminente de la carte judiciaire.

Illustration
Illustration © Franz Chavaroche / Maxppp
Ce jeudi 14 décembre, les avocats sont appelés à observer une "journée blanche", sans aucune activité juridictionnelle, par les 36 barreaux du grand Sud-Ouest, des Sables-d'Olonne (Vendée) à Montpellier.

Chaque barreau est libre de décliner cette journée comme il l’entend, par des fermetures de cabinet, des grèves des audiences ou des rassemblements sur les marches des Palais de Justice.

A Montpellier, des grèves sont possibles mais aucun rassemblement ne devrait avoir lieu. A Mende, pas de grève non plus.

Ce mouvement vise à dénoncer le silence du ministère de la Justice au sujet de la réforme imminente de la carte judiciaire. Les avocats protestent contre le manque de dialogue et d'informations de la Chancellerie sur la proposition de la loi d'orientation et de programmation pour le redressement de la justice adoptée par le Sénat en première lecture le 24 octobre, qui réforme la carte judiciaire.



"Cette journée blanche fait suite à une proposition de la Conférence des Bâtonniers du Grand Sud-Ouest", a indiqué à l'AFP Me Antoine Paullian, bâtonnier de Pau, où les avocats poursuivent une grève "illimitée" depuis le 28 novembre.

Sont concernés par le mouvement les avocats du ressort des cours d’appel d’Agen, de Bordeaux, de Limoges, de Montpellier, de Pau, de Poitiers et de Toulouse, ainsi que le barreau de Mende.

La réforme de la carte judiciaire suscite de nombreuses inquiétudes, au-delà du grand Sud-Ouest. A Nîmes par exemple, la cour d’appel est menacée de fermeture, étant à cheval sur trois régions administratives. Une grève a eu lieu le 13 novembre dernier.


Les barreaux entendent rappeler leur attachement à un principe fondamental : la Justice doit être rendue là où le contentieux survient, là où le justiciable vit, là où les entreprises sont implantées.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société grève économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter