23ème jour de grève pour les postiers du centre de tri de Montauban

© MaxPPP
© MaxPPP

Le bras-de-fer continue entre la direction de la Poste et les postiers du centre de tri de Montauban, qui en sont à leur 23ème jour de grève. Le conflit porte sur les conditions de travail, l'organisation des tournées et la requalification de personnel CDD. 

Par Marie Martin

Les négociations semblent dans l'impasse... 23 jours déjà que les agents du centre de tri de Montauban sont en grève. Ils protestent contre leurs conditions de travail, dégradées selon eux depuis la réorganisation des tournées.
Il y a un mois en effet, les tournées postales sur la ville sont passées de 50 à 42, entraînant leur allongement. Les facteurs n’arrivent plus à faire le travail dans les horaires impartis, les heures supplémentaires ne seraient pas comptabilisées. Le temps de distribution calculé ne correspond pas à la réalité du terrain, selon les agents. Conséquence : le courrier ne serait plus distribué 6 jours sur 7. Dans certains quartiers, le courrier ne serait plus distribué pendant 2 à 4 jours.
Depuis le début du conflit, la direction de la Poste propose aux agents d'expérimenter cette nouvelle organisation sur six mois, ce que refusent les grévistes. 
La députée socialiste Valérie Rabault s'est rapprochée de la direction nationale pour tenter de trouver une solution locale, tandis que de son côté, le préfet du Tarn-et-Garonne a proposé la nomination d'un médiateur. 
Les discussions se sont prolongées tard dans la soirée, vendredi et il y aurait eu une "petite avancée", selon une source politique montalbanaise. La direction de la Poste a proposé notamment "l'accompagnement de la mise en oeuvre progressive de l’organisation existante par 4 emplois supplémentaires à temps complet jusqu’en décembre 2014 pour renforcer l’organisation existante de 42 tournées et permettant de couvrir 46 tournées dès février, la mise en place d’une commission de suivi locale consultative composée d’une
représentation de l’encadrement, de facteurs, des organisations syndicales et d’un expert extérieur de la DIRECCTE, le comblement des 4 postes vacants : transformation de CDD en CDI, recrutement de contrats d’apprentissage ou emplois d’avenir et enfin l'augmentation des moyens de remplacement pour couvrir les absences prévisibles
".
Une nouvelle réunion de négociations est prévue lundi 13 janvier, à 9h30. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus