Montauban : "Ferdinand Philippe d’Orléans, images du prince idéal", la nouvelle exposition du musée Ingres

Grâce à un partenariat prestigieux avec le Louvre, la nouvelle exposition du musée Ingres Bourdelle de Montauban est consacrée à Ferdinand Philippe d’Orléans, héritier du trône français entre 1830 et 1842, ami des artistes et grand mécène, dont la mort prématurée et brutale a frappé la France.

Le portrait de Ferdinand Philippe d'Orléans par Ingres, l'un de ses chefs-d'oeuvre.
Le portrait de Ferdinand Philippe d'Orléans par Ingres, l'un de ses chefs-d'oeuvre. © Eric Coorevits/FTV

Il était une fois un jeune prince moderne, libéral, apprécié du peuple et surtout des artistes de son temps... Aujourd'hui, on l'appellerait FPO, pour Ferdinand Philippe d'Orléans, héritier du trône de France né en 1810.

Figure aujourd'hui un peu oubliée, Ferdinand Philippe d'Orléans a pourtant joui d'un rayonnement considérable de son vivant. Et notamment pour son goût artistique sûr pour les artistes de son époque, qui fait de lui un grand mécène.

C'est d'ailleurs le point de départ de cette nouvelle exposition du musée Ingres Bourdelle de Montauban. Jean-Dominique Ingres, enfant du pays, a peint le dernier portrait de FPO. Entre les deux hommes, une amitié ou tout du moins une admiration mutuelle est née, explique Florence Viguier-Dutheil, conservatrice en chef et directrice du musée Ingres Bourdelle

Le mécène éclairé

Propriété du musée du Louvre à Paris, le portrait de Ferdinand Philippe d'Orléans par Ingres accueille le spectateur à l'entrée. C'est l'un des chefs-d'oeuvre du peintre montalbanais...

Grâce à une collaboration prestigieuse avec les équipes du Louvre, grâce aux prêts de musées et de collectionneurs privés, on découvre le destin de FPO, ce jeune homme élevé dans une famille noble de haut rang, éduqué à l'école publique (en l'occurrence le lycée Henri IV), formé au dessin (il est d'ailleurs très doué), épris d'art et de littérature...

On découvre surtout sa prestigieuse collection personnelle car conscient de son rôle de futur souverain, Ferdinand-Philippe d’Orléans soutenait en effet les artistes contemporains. À partir de 1832, il dispose pour sa maison d’un budget spécifique et met en place un mécénat ambitieux. Comme le raconte Stéphanie Deschamps-Tan, conservatrice en charge du département des sculptures du XIX° siècle au musée du Louvre, il acquiert notamment des oeuvres du sculpteur Barye, des peintres Delacroix, Corot et bien sûr Ingres, à une époque où ils ne sont pas tous - loin s'en faut - portés aux nues par la critique.

Il a une attitude qui tranche avec les usages : il se rend lui-même dans les ateliers d'artistes, il commande sans jamais rien imposer et il ne discute jamais les prix, explique Côme Fabre, conservateur en charge du département des peintures du XIX° siècle au musée du Louvre.

Le tableau Oedipe d'Ingres, acquis par Ferdinand Philippe d'Orléans.
Le tableau Oedipe d'Ingres, acquis par Ferdinand Philippe d'Orléans. © Marie Martin/FTV

Très dispersée, sa collection est ici rassemblée et reprend vie, telle qu'elle a pu être dans les appartements du prince.

Une fin tragique

En 1842, Ferdinand Philippe d'Orléans est victime d'un accident de calèche : il se brise le crâne et meurt dans les heures qui suivent. Il n'a que 32 ans. Sa mort prématurée et brutale provoque une ferveur immense dans le pays. On pleure le "prince idéal", ses amis artistes, affligés, ont la douloureuse conscience d'une perte immense. Ses funérailles à la cathédrale Notre-Dame-de-Paris sont un événement, dessinées minute par minute comme le pourraient être les obsèques d'une star aujourd'hui.

Moi, qui avais éprouvé mieux que tout autre peut-être tout ce que valait ce coeur bon, tendre et généreux, je suis anéanti et presque découragé. Je ne fais que le pleurer et le pleurerai longtemps.

Jean-Dominique Ingres

Après la mort du jeune prince, qui laisse une veuve et deux enfants en bas âge, il est demandé à Ingres de reproduire autant qu'il le peut son désormais célèbre portrait de FPO. Plusieurs artistes vont concourir à fixer et à propager durablement l'image d'un futur roi regretté.

L'exposition "Ferdinand Philippe d’Orléans, Images du prince idéal" est à voir au musée Ingres Bourdelle de Montauban à partir du vendredi 18 juin (date de l'inauguration) jusqu'au 24 octobre 2021.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture musée expositions événements sorties et loisirs histoire