Tarn-et-Garonne : des agriculteurs de la FDSEA se mobilisent pour défendre l'usage du glyphosate

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christine Ravier
Des agriculteurs de la FDSEA défendent l'inocuité du glyphosate et disent vouloir le dialogue.
Des agriculteurs de la FDSEA défendent l'inocuité du glyphosate et disent vouloir le dialogue. © France 3 Occitanie

Au coeur des polémiques anti-glyphosate, la chambre d'agriculture du Tarn-et-Garonne multiplie les initiatives pour défendre l'usage du glyphosate et débattre de sa dangerosité.

Comme les militants écologistes, des agriculteurs du Tarn-et-Garonne ont fait un test pour évaluer le taux de glyphosate dans leur corps. Ils ont pour cela effectué des prises de sang et non des analyses d'urine.

Utilisateurs de glyphosate, ils affirment qu'aucune trace du produit n'apparaît dans leurs analyses. Une donnée qui rassure l'un d'eux, Paul Savignac, agriculteur céréalier à Nègrepelisse.
 

Des contrôles réguliers


"On passe une certification tous les 5 ans sans laquelle on ne peut pas acheter ces produits, explique aussi Jean-Paul Rivière, président de la chambre d'agriculture du Tarn-et-Garonne. Et ensuite on a aussi des appareils pour le répandre qui sont validés et contrôlés régulièrement". 

Il estime que les contrôles réguliers valident un emploi sécurisé de ces produits. Par ailleurs, la chambre d'agriculture promeut des expérimentations pour réduire l'utilisation de produits phytosanitaires, comme la propagation de certains insectes pour en éradiquer d'autres.
 

Des camps s'opposent


Le message est clair : contrer l'image négative du glyphosate dans l'opinion, véhiculée par les agriculteurs bio, les apiculteurs et les militants écologistes qui l'estiment en grande partie responsable de la disparition des abeilles et de nombreux insectes. 

En vidéo, le reportage de Serge Djian et Frédéric Desse : 
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.