• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Affaire des tableaux noirs : les enseignants de Gaillac réclament le retrait de la plainte pour vol

Six professeurs de Gaillac se sont mobilisés pour garder leurs tableaux noirs. / © HOUET MICHEL / MaxPPP
Six professeurs de Gaillac se sont mobilisés pour garder leurs tableaux noirs. / © HOUET MICHEL / MaxPPP

Après la décision de la rectrice de suspendre toute sanction administrative, les 6 enseignants du collège poursuivis pour avoir "mis à l'abri" des tableaux noirs veulent que la plainte pour vol soit retirée.

Par Fabrice Valery

Après le geste d'apaisement de la rectrice de l'académie de Toulouse, Hélène Bernard, qui a décidé lundi 18 septembre, de lever tout risque de sanctions administratives pour les six enseignants mis en cause dans "l'affaire des tableaux noirs" du collège de Gaillac (Tarn), les soutiens de ces enseignants réclament maintenant que la plainte pour vol déposée par la principale du collège soit retirée

Le comité de soutien des enseignants a salué le geste de la rectrice : "L’intelligence et la mobilisation collective ont porté leurs fruits !" a-t-il indiqué lundi soir dans un communiqué. Hélène Bernard a souhaité prendre cette décision de mettre fin aux sanctions administratives dans un esprit d'apaisement souhaitant "que les tensions s’apaisent dans l'intérêt de tous et des élèves en
particulier".


Les 6 enseignants du collège sont poursuivis pour vol aggravé après avoir voulu au début de l'été "mettre à l'abri" des tableaux noirs de leur salle de classe qui devaient être remplacés par des tableaux blancs, plus petits. Ils estiment que les grands tableaux à craie sont utiles à leurs enseignements, notamment la géographie ou les mathématiques.

Mais cette opération a donné lieu à une intervention de la gendarmerie, à des auditions et à l'ouverture d'une enquête après la plainte de la principale du collège. 

Le comité de soutien réclame donc le retrait de cette plainte pour vol mais également le retrait des pièces relatives à cette affaire de les dossiers administratifs individuels des enseignants concernés. Enfin, il se demande toujours où sont passés les tableaux noirs en question et veut que les professeurs qui souhaitent "en disposer puissent en jouir dans le cadre de leur liberté pédagogique".

La pétition en ligne pour soutenir les professeurs a reçu déjà plus de 10 000 signatures. 

Sur le même sujet

Meurtre de Prescillia dans le cimetière d'Estagel : émotion et lourd silence aux obsèques de la jeune femme

Les + Lus