• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Pénurie de places en institut médico-éducatif : une famille tarnaise témoigne

La mère d'Arno a dû arrêter de travailler pour s'occuper du petit garçon. / © France 3 Occitanie
La mère d'Arno a dû arrêter de travailler pour s'occuper du petit garçon. / © France 3 Occitanie

A Albi, dans le Tarn, des parents demandent depuis quatre ans une place en institut médico-éducatif pour leur fils trisomique. En vain. Le petit garçon restera à la maison à la rentrée prochaine. 

Par Marie Martin

C'est le lot de beaucoup de familles mais pour chacune d'entre elles, c'est un parcours du combattant bien difficile à comprendre et à accepter. 

Arno a six ans et comme tous les enfants de cet âge, il aime jouer, rire, courir, jouer au ballon. Une vie d'enfant comme les autres ? Pas tout à fait puisqu'Arno ne peut pas aller à l'école.
Atteint de trisomie 21, il est privé d'apprentissage. Depuis quatre ans, ses parents demandent pour lui une place en IME (institut médico-éducatif). En vain. Ces structures sont surchargées. Et Arno devrait rester à la maison à la rentrée prochaine.

Pour s'occuper de lui, sa mère a dû cesser de travailler. Le petit garçon est bien entouré par sa famille, et notamment ses deux grands frères, mais pour sa maman, son épanouissement passe par une scolarisation et une socialisation. 

Partout en France, les IME sont saturés. Censés accueillir les jeunes handicapés jusqu'à 21 ans, ils sont contraints de les garder plus longtemps, faute de place dans d'autres structures pour les adultes qu'ils sont devenus. 

Voir le reportage de Cécile Fréchinos et Manon Bazerque, de France 3 Tarn : 
 
Pénurie de places en IME : la galère d'une famille tarnaise

Sur le même sujet

chasseurs d'épaves à Frontignan : épisode 4

Les + Lus