Des plaintes déposées contre deux parcs éoliens du Tarn après la mort d'oiseaux protégés

France Nature Environnement (FNE) Midi-Pyrénées et la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) saisissent la justice après la découverte fin août 2020 de trois cadavres de rapaces protégés, retrouvés à proximité de deux parcs éoliens de la commune d’Assac (Tarn).

Les 10 éoliennes installées sur la commune d'Assac (Tarn) sont en service depuis mars 2012.
Les 10 éoliennes installées sur la commune d'Assac (Tarn) sont en service depuis mars 2012. © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Trois cadavres de rapaces protégés, deux circaètes Jean-le-Blanc et un faucon crécerellette, ont été retrouvés à la fin du mois d'août à proximité de deux parcs éoliens de la commune d'Assac (Tarn).
 
Cette découverte pousse aujourd'hui France Nature Environnement (FNE) Midi-Pyrénées et la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) à saisir la justice : 
 

Face à cette situation inacceptable pour nos associations, nous portons plainte contre les deux exploitants pour destruction d’espèces protégées.

Communiqué FNE Midi-Pyrénées et LPO du 10 novembre 2020

La biodiversité avant l'éolien

"Nous sommes favorables au développement de l'éolien, précise Vincent Ramard, juriste de la LPO France mais il ne doit pas se faire au détriment de la biodiversité ". Selon les deux associations, ce parc éolien "entraîne la mortalité de nombreuses espèces protégées". Près de 142 chauves-souris et 50 oiseaux tués par an selon une étude menée sur place en 2016.
 
Faucons crécerelles
Faucons crécerelles © Fabrice Cahez

A un peu plus de 7 kilomètres, sur la commune de Valence d’Albigeois, se situe un dortoir de faucons crécerellettes. A proximité existe également un domaine vital de vautours fauves et de milans royaux. "La société exploitant ce parc éolien ne peut pas ignorer qu'elles tuent des espèces protégées" certifie le membre de la Ligue pour le protection des oiseaux. 
 
Circaètes jean le blanc.
Circaètes jean le blanc. © Fabrice Cahez

Des mesures déjà prises

Pour la FNE et la LPO "Si des arrêtés préfectoraux d’urgence ont permis de suspendre le fonctionnement des éoliennes en période diurne de mi-septembre à début octobre 2020, ces mesures restent temporaires et insuffisantes." Les deux parcs éoliens ne bénéficient d’aucune autorisation environnementale leur permettant de porter atteinte aux espèces animales protégées. 
 

"L’objectif affiché du développement de l’éolien est la transition écologique mais souvent des intérêts purement financiers se cachent derrière cette intention vertueuse. Quoiqu’il en soit, les populations d’oiseaux et de chauves-souris ne doivent pas être impactées par le fonctionnement des éoliennes et les exploitants doivent impérativement prendre des mesures afin d’éviter la mortalité de ces espèces."

Thierry de Noblens, Président de FNE Midi-Pyrénées

Les associations ont également demandé à la préfète du Tarn de mettre en demeure les sociétés de régulariser leur situation en déposant une demande d’autorisation environnementale pour protéger au plus vite ces espèces. La préfecture n'a pas donné suite à leur demande.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société éolien énergie environnement nature animaux polémique