Le procès du maire de Gaillac pour corruption passive et prise illégale d'intérêt va-t-il être repoussé ?

Le maire de Gaillac (Tarn) est convoqué le 17 décembre devant le Tribunal correctionnel d'Albi pour corruption passive. Patrice Gausserand a demandé le report de son procès pour préparer sa défense mais aussi en raison de problèmes de santé et de sa candidature aux prochaines élections municipales. 

Philippe Gausserand
Philippe Gausserand © MaxPPP
Un dossier volumineux, des questions de santé et une candidature pour les prochaines élections municipales. L'avocat du maire de Gaillac ne manque pas d'arguments pour demander le report du procès prévu le 17 décembre prochain pour corruption passive et prise illégale d'intérêt.

La demande de Maître Laurent de Caunes, envoyée le 29 octobre dernier, a déjà obtenu un retour favorable pour repousser cette audience au 2 juillet 2020. C'est désormais au président du tribunal correctionnel de donner sa réponse définitive mardi prochain.
 
Dans son courrier, Laurent de Caunes met notamment en avant le côté "volumineux" de ce dossier qu'il a reçu tardivement et un emploi du temps chargé. De plus, il explique qu'il lui paraît "peu opportun, au regard des fonctions de monsieur Gausserand, qui conduira de nouveau une liste lors des élections municipales du mois de mars 2020, que le jugement de cette affaire, portant sur des faits qui remonteraient au 5 mai 2017, c’est-à-dire il y a deux ans et demi, intervienne quelques semaines avant ce scrutin." 
 
"Je me serais abstenu d'évoquer cette échéance électorale", estime Pascal Nakache, avocat de Thomas Domenech, le conseiller municipal de Gaillac (France Insoumise) ayant déposé plainte contre Patrice Gausserand. "C'est contestable. En revanche, ce qui ne l'est pas, c'est l'importance de cette enquête. Il y a 16 parties au dossier et 2 000 pages de procédures. J'ai également réceptionné tardivement ce dossier. Cette demande d'une nouvelle date pour un procès me paraît donc normale."  A priori, Thomas Domenech ne devrait pas se porter partie civile pour ce procès.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société politique