• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Castres : enquête après la mort d'un motard dans des circonstances mystérieuses

A Castres, dans le quartier d'Aillot, la rue de Bretagne, où a eu lieu l'accident samedi soir / © Myriam Brisse/France 3 Tarn
A Castres, dans le quartier d'Aillot, la rue de Bretagne, où a eu lieu l'accident samedi soir / © Myriam Brisse/France 3 Tarn

Le conducteur du fourgon, qui a percuté de plein fouet une moto-cross samedi soir à Castres, provoquant la mort de son pilote, un jeune homme de 21 ans, a été mis en examen lundi pour "homicide involontaire aggravé" et placé sous contrôle judiciaire. 

Par VA, avec Myriam Brisse

Le juge d'instruction de Castres a mis en examen lundi pour "homicide involontaire aggravé" et placé sous contrôle judiciaire le conducteur d'un fourgon de 25 ans qui avait percuté frontalement une moto-cross à Castres, dans le quartier d'Aillot, tuant son pilote.

Il était 18 heures 40 samedi soir lorsque cet accident mortel s'est produit. A bord de la camionnette, deux toulousains, le conducteur et son passager, âgé de 28 ans, à qui une moto-cross avait été volée il y a quelques jour à Toulouse.

Les deux occupants du fourgon, qui auraient localisé la moto volée dans le quartier d'Aillot par l'intermédiaire des réseaux sociaux, auraient décidé d'aller la récupérer eux-même. Et c'est en tentant d'intercepter cette moto-cross conduite par la victime que le drame s'est produit dans des circonstances que l'enquête cherche à préciser. Le chef de mise en examen, "homicide involontaire aggravé par violation manifeste et délibérée d'une obligation de prudence", tend à indiquer que le juge, en l'état de l'enquête, soupçonne le conducteur de la camionnette d'avoir voulu intercepter la moto mais qu'il n'avait pas l'intention de tuer son pilote.

Le jeune motard était connu de la justice, pas les deux occupants de la camionnette. Ils ont été entendus au commissariat de Castres où la garde à vue du conducteur a été prolongée jusqu'à ce qu'il soit présenté lundi devant le juge. 

Samedi, en début de soirée, les proches et la famille du défunt s'étaient rassemblés devant les urgences de l'hôpital de Castres dans un climat de vive tension.

Sur le même sujet

Perpignan-Rungis : le train des primeurs finalement suspendu jusqu'au 1er novembre

Les + Lus