L'hôpital de Castres à nouveau pointé du doigt dans une affaire d'erreur médicale mortelle

En 2013 Véronique décède suite à une opération bénigne à l'hôpital de Castres. Selon plusieurs rapports d'experts, la mère de famille aurait été victime de plusieurs erreurs médicales. Une affaire qui rappelle celle de Celine Tondo, morte dans le même établissement après une banale coelioscopie. 

Les familles des victimes réclament que justice soit enfin faite.
Les familles des victimes réclament que justice soit enfin faite. © MAXPPP/Cédric Jacquot
Véronique, mère de 3 enfants, a-t-elle trouvé la mort à la suite de plusieurs erreurs médicales ? C'est la conviction de Maître Georges Catala, l'avocat de son époux.
Une chose est sûre, lorsque cette femme de 46 ans entre à l'hôpital de Castres en septembre 2013, l'intervention qu'elle va subir n'est absolument pas jugée à risque. 

Un coup de bistouri malencontreux


Opérée pour un fibrome, la mère de famille tarnaise aurait subi "un coup de bistouri malencontreux, portant atteinte à une de ses artères", selon Georges Catala qui se base sur plusieurs rapports d'experts. 

Et ce n'est pas la seule erreur dont elle aurait été victime. Envoyée au service réanimation pour stopper son hémorragie, elle aurait été transfusée avec des poches de sang "qui n'étaient pas à la bonne température". Résultat : Véronique est morte d'hypothermie. 
 

Une enquête pour homicide involontaire


Des faits vieux de plus de 6 ans et pour lesquels la justice en est toujours à la phase d'instruction. Une enquête a bien été ouverte en Janvier 2014 pour homicide involontaire. Mais depuis plus rien.
Une lenteur insupportable pour la famille de la victime. "Elle se sent totalement oubliée et méprisée", rapporte Me Catala. 

Le célèbre avocat toulousain estime que l'hôpital Castres-Mazamet a voulu enterrer l'affaire et doit être lui aussi poursuivi, comme personne morale. Il souhaite voir l'affaire renvoyée devant un tribunal correctionnel. 


"On n'a pas le droit de voir arriver des mères de familles vivantes et sereines puis repartir raides mortes, sans explication", s'insurge le ténor du barreau. 


Car ce n'est pas la première affaire du genre au sein de l'hôpital tarnais. En avril 2011, une autre femme, Céline Tondo, avait trouvé la mort durant une simple coelioscopie (voir encadré).

Sollicité par France 3, l'hôpital Castres-Mazamet n'a pas souhaité répondre à nos questions. 


Voici le reportage d'une de nos équipes de France 3 Tarn : 
L'hôpital de Castres à nouveau pointé du doigt dans une affaire d'erreur médicale mortelle
L'affaire Céline Tondo, un dossier très similaire jugé dans quelques mois 

En avril 2011, Céline Tondo, 34 ans, subi une coelioscopie dans le cadre de son désir d'enfant. Une intervention durant laquelle une de ses artères est sectionnée par erreur. La jeune femme décède d'une hémorragie. 
Le juge d'instruction chargé du dossier a mis en examen le gynécologue-obstétricien en 2012 pour "homicide involontaire".
En 2016 c'est à sa propre demande que l'hôpital de Castres-Mazamet a été mis en examen à son tour en tant que "personne morale".
Il aura fallu attendre 3 expertises et 8 ans d'instruction pour voir l'affaire renvoyée devant le tribunal correctionnel. 
Une lenteur judiciaire absolument insupportable pour les parents de Céline Tondo. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société justice