Cet article date de plus de 6 ans

Municipales à Carmaux : la gauche reste, le Front National rentre au conseil municipal

La gauche conserve l'ancienne cité minière, le maire sortant Alain Espié est réélu mais le Front National confirme son score du premier tour et remporte trois sièges au conseil municipal. 

Cent ans après la mort de Jean Jaurès qui fut député de la circonscription de Carmaux, c'est une "révolution" singulière qui marque l'ancienne cité minière...

Le maire sortant Alain Espié, à la tête d'une liste PS-PCF-EELV, conserve son fauteuil en remportant 37,35 % des voix mais il devra oeuvrer aux affaires de la ville avec le Front National. La liste frontiste emmenée par Christian Legris a recueilli près de 20 % des voix, à l'issue du second tour des municipales. C'est donc trois sièges qui reviennent au partir de Marine Le Pen. 

C'est la première fois que le Front National présentait une liste dans l'ancienne cité minière, fief électoral de Jean Jaurès où il fut député à partir de 1893. Cent ans après la mort de Jaurès, le Carmausin confirme donc la percée du Front National annoncé lors des élections législatives de 2012.

Le candidat DVG Laurent Leopardi arrive en seconde position avec 1578 voix soit 33,09 % des suffrages. Il aura donc six membres au conseil municipal.

Enfin, l'UMP Benoît Leloup remporte 10,04 % des voix. 


Résultats du 1er tour des élections municipales à Carmaux



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 archives