Saint-Sulpice : le salon de la bière artisanale annulé trois jours avant sa tenue

Le salon de la bière artisanale qui devait se tenir à Saint-Sulpice, dans le Tarn, ce week-end a été annulé par la Préfecture ce mercredi. Le site choisi initialement ne serait pas approprié, selon les services de l'Etat. Les organisateurs ne comprennent pas...

Près d'une vingtaine de brasseurs devaient participer au salon.
Près d'une vingtaine de brasseurs devaient participer au salon. © MaxPPP
Coup dur pour les organisateurs du salon de la bière artisanale de Saint-Sulpice (81)...
A trois jours de la tenue de la manifestation, la préfecture du Tarn a émis un avis défavorable. Elle se base pour cela sur le fait que les conditions d'accueil nécessaires à ce genre d'événement ne seraient pas toutes remplies. 
Ce que la mairie de Saint-Sulpice confirme partiellement. Dans un communiqué, elle admet l'annulation mais parle d'un simple report. Le parc Georges Spénale qui devait accueillir le salon, est en travaux. De plus, il jouxte une piscine, séparée seulement par un grillage. Enfin, la police municipale ne travaille pas le week-end et la gendarmerie avait prévu de se mobiliser sur les routes, les 31 mai et 1er juin prochain.
Autant d'éléments qui ont conduit la Préfecture à ne pas accorder son feu vert. 
Les organisateurs du salon sont évidemment très déçus. Selon Jérôme Granier, président de l'association "Les mousses cathares", l'événement était annoncé, les affiches placardés dans tout le secteur et près de vingt brasseurs devaient y participer. Une situation d'autant plus difficile que le salon devait se dérouler initialement à Albi, où la municipalité n'est finalement pas parvenue à un accord avec l'équipe organisatrice. Laquelle s'était alors tournée vers Saint-Sulpice, très intéressée par la manifestation.
C'est d'ailleurs toujours le cas, selon la mairie, qui ne veut voir dans cette annulation qu'un simple report. "Cette manifestation, qui a de l’intérêt, trouvera sa place dans le calendrier de nos manifestations dans le courant de l’année", écrit Dominique Rondi-Sarrat. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loisirs archives