Toulouse : le PDG de Sigfox, Ludovic Le Moan, fustige l'abandon du prolongement du métro jusqu'à Labège

Ludovic le Moan / © AFP
Ludovic le Moan / © AFP

Dans une lettre ouverte, le patron de la start-up et président de l'IoT Valley, installées à Labège, dénonce un manque de vision pour Toulouse et demande à Jean-Luc Moudenc de lancer le prolongement de la ligne B jusqu'à Labège. Jean-Luc Moudenc lui a aussitôt répondu. Mots durs contre mots durs.

Par Fabrice Valery

C'est l'un des patrons les plus en vue de Toulouse. PDg de Sigfox, la société toulousaine spécialisée dans l'internet des objets et qui ne cesse de grandir, mais aussi président de l'IoT Valley, une association qui fédère les entreprises du numérique pour les aider à se développer, Ludovic le Moan est d'habitude un homme discret. 

Pourtant, le chef d'entreprise vient d'adresser ce vendredi une lettre ouverte à Jean-Luc Moudenc, maire LR et président de Toulouse Métropole, après l'annonce de l'arrêt du projet de prolongation de la ligne B du métro jusqu'à Labège. 

Pour Ludovic le Moan, cette annonce marque "le manque de vision" pour Toulouse et peut même conduire à un risque de voir des entreprises se désengager de Toulouse en raison des projets d'accès et de circulation autour du sud-est de la métropole. 

Le siège mondial de Sigfox et l'Iot Valley sont installés à Labège. Ludovic le Moan enjoint donc Jean-Luc Moudenc de revenir sur sa décision de lancer les travaux du PLB (prolongement de la ligne B).

Le maire de Toulouse qui lui a aussitôt répondu dans un courrier qu'il a transmis à la presse ce vendredi. Il se dit "surpris qu'un chef d'entreprise de votre dimension, fierté de notre agglomération, puisse se laisser berner par une campagne politicienne de désinformation".  Il y développe ses arguments pour la 3ème ligne de métro avant d'inviter Ludovic Le Moan à un rendez-vous face à face au Capitole. 

Nous publions ici les deux courriers.

Voici l'intégralité de la lettre ouverte de Ludovic Le Moan : 

"Toulouse et son agglomération victimes d’un manque de vision !"

Comment peut-on, aujourd'hui, imaginer vivre avec une vision aussi étriquée des enjeux économiques et écologiques ?
A l’heure où les ondes gravitationnelles nous interpellent sur l’immensité de l’espace-temps, nous vivons un conflit depuis des décennies entre l’amont et l’aval de l’Hers.

Certains d’entre vous vont certainement rouvrir leurs livres de géographie, se disant qu’ils ont dû manquer quelque chose : on se rappelle du Gange, du Yang-Tsé-Kiang, mais pas de l’Hers !

Il est triste et décevant de constater que ce conflit surréaliste pèse sur les citoyens de la grande agglomération toulousaine, à tel point que l’on se demande comment l’impact carbone des bouchons quotidiens qui pénalisent la desserte de Labège a pu échapper aux organisateurs de la COP 21.

Que se passe-t-il ? Toulouse serait-elle en panne d’idées, en manque de persperctives d'avenir, pour s’abaisser à tenir sous son joug le territoire labègeois, suspendu au serpent de mer du prolongement de la ligne B?
Ces pressions et ces blocages sont une ineptie, qui met en exergue l’incapacité de la zone d'activité de Toulouse Montaudran à attirer des entreprises et des talents, et qui cherche à éviter ainsi que le territoire de Labège poursuive son expansion initiée il y a plus de 20 ans dans le domaine du digital.

Notre monde a besoin de sens Monsieur Moudenc, et ce sens provient de l’énergie des Hommes qui animent les territoires. Cela ne se décrète pas, cela se vit, se construit au travers d’actions et de choix ancrés dans les valeurs altruistes portées par les générations qui ont construit la France. Donnons de la place à celles et ceux qui veulent continuer à la faire grandir, grâce à leurs énergies créatrices !

L’IoT Valley porte un projet ambitieux qui se construit chaque jour, avec des acteurs qui se lèvent le matin avec l’envie, la banane dirait-on, d’apporter à notre région, qui plus est à notre pays, un moyen d’embrasser l’opportunité des 10 à 15 années à venir : l'Internet des Objets. Ce challenge requiert la mobilisation de tous les acteurs. Laissons l’épicentre à Labège parce que l’histoire l’a ainsi fait et ayons l’ambition de couvrir les territoires de Bordeaux à Montpellier avec une immense vallée où l’on aura appris à conjuguer nos talents !

Je ne m'étais jamais exprimé publiquement sur ce sujet, mais aujourd’hui je trouve que l’on dépasse les limites de l’acceptable et que cela met en péril un projet fabuleux sur lequel je fonde beaucoup d’espoirs, non pour moi personnellement, mais pour nos jeunes. Ce projet n’est plus le mien désormais, il est celui d’une équipe, de milliers de personnes qui croient en cette opportunité de relier le monde réel au monde virtuel, et qui impactera toutes les industries.

Nous sommes à l’heure de la désintermédiation et de l’uberisation. Nous ne devons pas subir mais agir, pour être les acteurs de cette transformation. Cela se fera irrémédiablement, alors, s’il vous plait, lancez cette prolongation de la ligne B du métro et l'on connectera enfin ces deux grands espaces que sont l’aval et l’amont de l’Hers.

Ludovic Le Moan
CEO de SIGFOX et Président l'IoT Valley


Et voici la réponse de Jean-Luc Moudenc

Sur le même sujet

Les + Lus