Cet article date de plus de 4 ans

Trente-quatrième anniversaire de la Révolution

Il y a 34 ans, le 25 juillet 1982, Paco Ojeda confirmait l'alternative à Madrid.
25 juillet 1982. Israël bombarde Beyrouth-Ouest alors que Yasser Arafat remet à une délégation américaine un document semblant aller dans le sens d'une négociation du conflit israelo-palestinien. Le mistral redouble de violence et le feu ravage plus de mille hectares de forêt près des Baux-de-Provence et dans le Roussilon. À Magny-Cours, les pilotes français de Formule1 René Arnoux, Alain Prost, Didier Pironi et Patrick Tambay réalisent un quadruplé historique. Bernard Hinault remporte son quatrième Tour de France. Claude Lelouch annonce qu'il a choisi Marcel Cerdan junior pour interpréter le rôle de son père dans son prochain film, Edith et Marcel : Patrick Dewaere, initialement pressenti, s'est donné la mort la semaine précédente.
25 juillet 1982 en Espagne. Le traumatisme de la Coupe du monde est encore dans toutes les têtes. Heureusement que l'Allemagne a été battue par l'Italie en finale! Parce que sa qualification litigieuse au détriment de l'Algérie, l'élimination de l'Espagne et surtout l'agression de Schumacher, ça ne passe pas!
Le 25 juillet 1982 est un dimanche. Comme tous les dimanches, il ya des toros à Las Ventas. Le cartel est modeste. Toros de Cotijoliva pour Gitanillo de Zafra et deux toreros andalous de Sanlúcar de Barrameda : José Luis Parada et Paco Ojeda. La tauromachie vit, sans le savoir, sa "dernière" révolution.
Les faenas d'Ojeda, ce jour-là, ne furent d'ailleurs pas acceptées par la majorité du public madrilène qui protesta contre la vuelta al ruedo après le premier toro de Paco et le salut au tiers après son second.
Mais quelques aficionados et de nombreux prodessionnels avaient pressenti, ce 25 juillet 1982, que ce torero incroyablement audacieux et incroyablement serein, était en train tout simplement de révolutionner la discipline.

La déferlante Ojeda submergea l'Espagne et la France lors de la saison 1983, comme en témoigne le précieux reportage de Philippe Brochier et Pierre Dangas diffusé sur France 3 (FR3 à l'époque) le 24 juin 1983 après la feria de Nîmes. On y voit Ojeda, son futur beau-père José Luis Marca et la délicieuse Josette, fleuriste au Grau du Roi.


Paco Ojeda, Nîmes 1984

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie