La vente et la récolte de moules de l'étang de Thau de nouveau autorisées

La préfecture de l'Hérault a levé vendredi les mesures de suspension de récolte et commercialisation des moules de l'étang de Thau, prises en octobre dernier. Mais ces mesures restent en vigueur pour les huîtres et les palourdes.

Sur l'étang de Thau, l'autorisation de récolte et de commercialisation ne concerne pour l'instant que les moules.
Sur l'étang de Thau, l'autorisation de récolte et de commercialisation ne concerne pour l'instant que les moules. © NINA ZOTINA / SPUTNIK
Vous pouvez désormais acheter et consommer les moules de l'étang de Thau. La préfecture de l'Hérault a donc levé ce vendredi l'interdiction de récolte et de commercialisation des moules provenant de cet étang. En revanche pour les huîtres et les palourdes, il faut encore attendre.

Des toxines paralysantes à l'origine de l'interdiction


Ces mesures d'interdiction avaient été prises après la détection de toxines paralysantes (PSP) dans ces coquillages et concernaient, à l'échelle du territoire national, toutes les catégories de moules, huîtres et palourdes récoltées dans l'Etang de Thau entre le 17 octobre et le 20 octobre.

La préfecture précise:

En ce qui concerne les huîtres et les palourdes, leur récolte et commercialisation restent à ce jour interdites. Cette mesure temporaire sera levée dès l'obtention d'un second résultat d'analyses satisfaisant.

Les toxi-infections alimentaires causées par ces toxines se traduisent dans les 30 minutes qui suivent la consommation par des symptômes neurologiques (engourdissements des lèvres s'étendant au visage, aux bras et aux jambes, maux de tête, nausée et vertiges, incoordination motrice et incohérence de la parole) qui peuvent être accompagnés de symptômes gastro-intestinaux.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ostréiculture agriculture économie santé société pollution environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter