Volonté d'apaisement en ouverture à Paris du procès en appel d'Abdelkader Merah

Latifa Ibn Ziaten, dont le fils Imad Ibn Ziaten a été tué par Mohamed Merah, est arrivée au palais de justice accompagné de son nouvel avocat, Me Francis Szpiner. / © AFP
Latifa Ibn Ziaten, dont le fils Imad Ibn Ziaten a été tué par Mohamed Merah, est arrivée au palais de justice accompagné de son nouvel avocat, Me Francis Szpiner. / © AFP

Le procès en appel d'Abdelkader Merah, frère de Mohamed Merah, et de Fettah Malki s'est ouvert ce lundi matin pour quatre semaines d'audiences à Paris. Les parties civiles comme la défense appellent à des débats "sereins", un an après un premier procès marqué par la douleur et les polémiques.

Par Sylvain Duchampt

Ils sont arrivés les uns après les autres au palais de justice de l'île de la cité à Paris. Les familles des victimes et leurs avocats d'abord, puis maître Eric Dupond-Moretti, 5 minutes à peine avant l'ouverture du procès en appel d'Abdelkader Merah et de Fettah Malki.

Un an après un premier procès "violent", "douleureux" et surtout très médiatisé, tous les acteurs de cette audience attendent de ces 4 semaines de débat "sérénité" et "dignité"

"Cette deuxième année est dure pour nous, déclare Latifa Ibn Ziaten, dont le fils militaire a été tué à Montauban en mars 2012 par Mohamed Merah. (...) J'espère qu'il y aura moins de spectacle que l'année dernière."

Un sous-entendu directement adressé à Maître Eric Dupond-Moretti, dont plusieurs propos avait provoqué la polémique en première instance.
 

Au contraire de l'an dernier, l'avocat d'Abdelkader Merah a accepté de s'exprimer devant la presse avant le début du procès, mettant en avant ce qui sera au coeur du débat : Abdelkader Merah est-il oui ou non le complique des meurtres de son frère Mohamed en 2012 ?  : "Le dossier n'a pas changé c'est toujours le même (...) notamment concernant la complicité d'assasinat, il est toujours aussi vide" a déclaré maître Dupond-Moretti.

Abdelkader Merah, lui non plus, n'a pas changé. Lors de son arrivé dans le box vitré des accusés, aux côtés de Fettah Malki, le toulousain a conservé la même apparence qu'il y a un an. Reste à savoir s'il adoptera la même attitude et la même défense.
 

Sur le même sujet

Les + Lus