• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Nadir Dendoune toujours “retenu” en Irak

Nadir pris en photo arborant son précieux Visa qui lui a permis de partir en Irak / © Facebook
Nadir pris en photo arborant son précieux Visa qui lui a permis de partir en Irak / © Facebook

Le journaliste Nadir Dendoune liberé sous caution n'a pas pu quitter l'Irak, pour cause de visa expiré. Une situation kafkaïenne qui dure maintenant depuis le 14 février. 

Par F.A avec AFP

Le journaliste français Nadir Dendoune bloqué en Irak depuis sa libération le 14 février et désormais libre de quitter le pays, a été empêché par les autorités de l'aéroport de Bagdad de monter dans l'avion à cause d'un "visa expiré", a-t-on appris auprès de Reporter Sans Frontières (RSF)
M. Dendoune, qui avait été libéré sous caution le 14 février, se trouvait depuis à l'ambassade de France à Bagdad. Mardi, un juge irakien avait classé son dossier, le laissant libre de quitter le pays.
"Le 1er mars, alors qu'il avait passé tous les contrôles à l'aéroport en présence de l'ambassadeur de France en Irak et d'un diplomate australien et s'apprêtait à quitter le pays, il a été bloqué quelques minutes avant de prendre l'avion par la police de l'air et des frontières. Raison invoquée ? Son visa a expiré", a écrit sur son site et confirmé à l'AFP Reporters sans frontières.
"Que Nadir soit empêché de quitter le pays est tout simplement grotesque et kafkaïen", écrit Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.
"Après avoir passé trois semaines dans les geôles irakiennes, deux semaines à attendre la clôture de son dossier auprès du juge, il est retenu au prétexte que son visa a expiré... Le manque de volonté de la part des autorités irakiennes à laisser ce journaliste repartir libre est flagrant", a-t-il ajouté.
"A quoi jouent les autorités irakiennes ? Quand ce feuilleton irakien cessera-t-il ? Quand Nadir Dendoune pourra-t-il retrouver ses proches ?", s'est interrogé de son côté le comité de soutien du journaliste.
La justice irakienne reprochait à Nadir Dendoune, 40 ans, qui possède également les nationalités australienne et algérienne, d'avoir photographié sans autorisation le QG des services de renseignements irakiens ainsi que des barrages de police et de l'armée.

<Lire ICI l'article de Reporter Sans Frontières

Sur le même sujet

Les cyclistes en nombre pour la journée Convergence Vélo à Paris

Les + Lus