• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

La cité rose, ou la vie du “Quartier” au ciné

"La cité rose", le film de Julien Abraham sort mercredi 27 mars au cinéma. Ce long métrage a été tourné en partie dans le département du Val-d'Oise et la Seine Saint-Denis. Un focus sur la vie de banlieue, entre rires et soupirs. Exit les clichés, direction le ciné !

Par AA avec OC

Le film "La cité rose" a principalement été tourné dans le quartier des Poètes situé à la limite de Sarcelles dans le Val-d'Oise et de Pierrefitte en Seine-Saint-Denis. Le long métrage raconte à travers les yeux d'un enfant, interprété par le suprenant Azize Diabaté, la vie quotidienne de la cité avec ses bons et ses mauvais cotés.

Bande annonce "la Cité rose"

Julien Abraham, le réalisateur du film, a vécu à Enghien (Val d'Oise) et a fréquenté les cités. Dans les années 1990, il réalise des clips, c'est la grande époque du Rap d'Arsenik ou de Secteur A. C'est à cette occasion qu'il rencontre Sadia Diawara, l'un des co-producteurs de La cité rose.
Dans son film, il raconte la banlieue autrement, comme un village avec des codes, entre les mamans qui s'occupent de l'entraide et du lien social et les grands frères qui maintiennent la paix sociale. Mais il n'oublie pas de filmer la face sombre de la cité, son côté agressif et violent.

En haut de l'affiche, Azize Diabaté, 13 ans, la révélation de La cité rose. Le jeune banlieusard s'est retrouvé propulsé acteur un peu par hasard. Le jour de son anniversaire, c'est un grand du quartier qui lui a offert un casting !

>> Voir le reportage d'Alexandra Marie et Mathieu Caillaud :


la cité rose au cinéma













 

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Premier salon des camélidés à Janvry

Les + Lus