Le Racing Métro face à Toulouse en match de barrage

Publié le Mis à jour le
Écrit par AN / AFP

Ce vendredi 10 mai 2013, les joueurs franciliens devront battrent les Toulousains sur leur terrain pour décrocher une place en demi-finale. Le Racing-Métro est loin d'être favori face à Toulouse, tenant du titre,  qui tentera de sauver sa saison. 

Vainqueur du Racing au match aller comme au retour de la saison régulière, porté par ses spectateurs et son expérience, le Stade Toulousain est évidemment favori de ce match de barrage vendredi 10 mai 2013 (21h00) au Stadium. La rencontre a été qualifiée "d'événement de la saison" par le capitaine toulousain Thierry Dusautoir. L'enjeu du match : retrouver Toulon le vendredi 24 mai en demi-finales à Nantes.  

Le Racing se fera un plaisir d'exploiter les failles aperçues du côté toulousain, notamment défensives, et essayera d'insinuer un doute forcément latent au vu des performances en dents de scie des Rouge et Noir. Les Ciel et Blanc tenteront de forcer leur destin alors que l'équipe sous sa forme actuelle vit ses derniers jours, avant une grande lessive dans l'effectif comme l'encadrement. "Tout ça a une saveur particulière, admet l'entraîneur Gonzalo Quesada, en partance pour le Stade Français. Ca peut être le dernier match à la tête de ce beau Racing. Mais si je me mets à y penser, je rentre dans de l'affectif et ça peut me faire perdre de la lucidité. On n'est pas là pour se mettre des coups de casque et pleurer."

Donnés moribonds en novembre (10e, défaite contre Mont-de-Marsan), les Racingmen ont réussi à se souder pour effectuer une séduisante remontée, ponctuée de neuf succès d'affilée entre janvier et mars. Une série qui a pris fin avec le venue... du Stade Toulousain et une défaite à la sirène, sur un essai de Vincent Clerc et une transformation en coin de Lionel Beauxis (27-26). Cruel scénario qu'il s'agit de venger. "On était tous très frustrés", concède le capitaine Dimitri Szarzewski, ajoutant que "tout est remis à zéro, tout peut se passer sur un match". La talonneur s'attend notamment à un rude combat en mêlée fermée, où il retrouvera son vieil adversaire et concurrent en équipe de France: l'inusable et indispensable William Servat, qui a encore troqué son habit d'entraîneur des avants pour une énième pige en crampons.

Beaucoup de blessés

L'entraîneur du Racing-Métro Gonzalo Quesada s'est montré très pessimiste jeudi quant à la présence sur le terrain de l'ailier Benjamin Fall, touché à une cuisse.  "On a attendu jusqu'au dernier moment mais ça va être vraiment très compliqué", a déclaré Quesada lors d'une conférence de presse au centre d'entraînement du Racing, au Plessis-Robinson. "Sa déchirure n'est pas vraiment soignée". Il pourrait être remplacé sur l'aile par le Fidjien Sireli Bobo, encore auteur d'un essai samedi dernier face à Castres (victoire 29-28).
               
Benjamin Fall n'est pas le seule incertitude : Quesada a également déploré "énormément de pépins en deuxième ligne". "On a Metz qui a dû sortir (à la 20e minute face à Castres, ndlr), Ghezal qui s'est blessé au stage (il y a dix jours, ndlr) et Qovu qui n'a pas pu s'entraîner plusieurs jours ces dernières  semaines. Ca commence à faire juste, a relevé Quesada. On va partir avec tout le monde et voir comment on s'organise, notamment sur le banc des remplaçants."
La composition des équipes
Toulouse
Poitrenaud - Huget, Jauzion, Fickou, Médard - (o) McAlister, (m) Doussain - Dusautoir (cap), Picamoles, Bouilhou - Albacete, Maestri - Johnston, Servat, Kakovin 
Remplaçants : Bregvadze, Steenkamp, Millo Chluski, Nyanga, Burgess, Beauxis, David, Poux

Racing-Métro 
Hernandez - Imhoff, Chavancy, Estebanez, Bobo - (o) Wisniewski, (m) Machenaud - Le Roux, Matadigo, Battut - Van der Merwe, Carizza - Ducalcon,
Szarzexski (cap), Brugnaut 
Remplaçants : Bianchin, Ben Arous, Galindo, Cronje, Descons, Dumoulin, Vakatawa, Sa

Arbitre: Jérôme Garcès