Immobilier: les prix dans l'ancien baissent à Paris

© DR
© DR

Le prix des logements anciens sont restés stables ou en légère hausse en France, sauf à Paris, selon les notaires, qui ont compilé les transactions du début d'année, une inversion de tendance après plusieurs trimestres de baisse.

Par MR avec AFP

Le prix des logements anciens en France a augmenté de 0,3% au premier trimestre 2013 par rapport au trimestre précédent (en données povisoires corrigées des variations saisonnières, CVS), mais sur un an il a cédé 1,4%, selon l'indice Notaires-Insee publié mardi.

Il s'agit de la première hausse trimestrielle depuis mi-2011, mais elle masque une situation contrastée par type de logement avec une stagnation du prix des appartements et une hausse de 0,5% pour les maisons.


La baisse du prix moyen sur un an (-1,4%) a, elle, concerné à la fois les appartements et les maisons mais à une moindre ampleur pour les premiers (-1,1%) que pour les secondes (-1,6%).


L'indice a également révélé un prix quasi stable au premier trimestre pour les logements anciens en Ile-de-France (-0,1% en données CVS), avec -0,1% pour les appartements et -0,2% pour les maisons. Sur un an, les prix ont baissé de 0,8% en région parisienne.
A Paris intramuros, le prix moyen au m2 d'un appartement ancien ressort à 8.260 euros au premier trimestre 2013, retrouvant son niveau du premier trimestre de l'an dernier.
Mais l'évolution est fortement contrastée selon les arrondissements puisque le prix moyen a bondi de 14,1% dans le Ier à 12.190 euros/m2 mais a baissé de 11,5% dans le IVe à 10.320 euros/m2. L'arrondissement le plus cher reste le VIe à 12.250 euros/m2.
Selon la Chambre des notaires d'Ile-de-France, la baisse des prix a concerné la moitié des arrondissements.
En revanche, en province, les prix de l'ancien ont augmenté de 0,5% en CVS au premier trimestre au profit des maisons (+0,6%) tandis que le prix des appartements est resté quasi stable (+0,1%). Sur un an, les prix ont baissé de 1,6%, avec une ampleur identique pour maisons et appartements.

En conséquence, le volume annuel des transactions "a continué de se contracter" au premier trimestre: le nombre de transactions réalisées sur un an à fin mars  est estimé à 663.000, soit un repli de 6,2% par rapport à fin 2012. Par rapport à la même période de l'an dernier, la baisse sur douze mois est de 18,9%.

Sur le même sujet

Les + Lus