Primaires UMP : Jean-François Legaret suspecte des fraudes

© France3 Ile-de-France
© France3 Ile-de-France

Jean-François Legaret, le maire du 1er arrondissement de Paris, l'un des rivaux de NKM dans la course à l'investiture UMP pour les municipales de 2014 à Paris s'inquiète des conditions du scrutin. Il affirme recevoir de nombreux témoignages de piratages du fichier des inscriptions électroniques.

Par Emmanuelle Hunzinger

Jean-François Legaret, un des rivaux de Nathalie Kosciusko-Morizet dans la course à l'investiture UMP à Paris, se dit "très attentif  au déroulement du scrutin électronique afin d'évacuer ces suspicions de fraude". Dans une série de tweets publiés ce jeudi 30 mai, il affirme recevoir de nombreux témoignages de piratages du fichier des inscriptions.





Dans un entretien au Parisien dimanche, le maire UMP du Ier arrondissement de la capitale affirme que la  prolongation des dates d'inscription pour s'inscrire à la primaire n'est pas conforme aux principes généraux du droit électoral. Cette prolongation a été décidée le 20 mai par la fédération UMP de Paris face à la faible mobilisation. La date butoir pour s'inscrire comme participant à la primaire, initialement fixée au 28 mai, a été repoussé de cinq jours, jusqu'au dernier jour du vote électronique le 3 juin.
 "Si on devait constater une augmentation très importante du nombre d'inscrits pendant le déroulement du scrutin, ça soulèverait inévitablement des interrogations" a t-il déclaré.

Voir le reportage de Daïc Audouit et Olivier Badin sur la sécurisation du vote électronique.


DMCloud:72513
SECURISATION VOTES PRIMAIRES UMP



Quatre candidats sont en lice pour décrocher l'investiture UMP pour les élections municipales de 2014 à Paris : Jean-Français Legaret, Nathalie Kosciusko-Morizet, Pierre-Yves Bournazel et Franck Margain. Chenva Tieu, a dû se retirer de la compétition après avoir été déclaré vendredi inéligible pour un an par le Conseil constitutionnel.

Nathalie Kosciusko-Morizet, largement favorite du scrutin selon plusieurs sondages, pourrait voir sa domination remise en question dans les urnes compte tenu du faible nombre d'électeurs pour l'instant inscrits (un peu plus de 9.000 inscrits payants le 21 mai selon la fédération UMP) et de la mobilisation des anti-mariage gay contre elle.


Sur le même sujet

Les + Lus