• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

EN IMAGES : rassemblement rue Caumartin suite à l'agression de Clément Meric

© OIivier Couvreur
© OIivier Couvreur

Roses blanches et banderoles à la main, des centaines de personnes se retrouvent au Passage du Havre, lieu de l'agression de Clément Méric. Le jeune homme a été tabassé par des skinheads.

Par Mathilde Riou

Roses blanches et banderoles à la main, des centaines de personnes se retrouvent au Passage du Havre, lieu de l'agression de Clément Méric. Le jeune homme a été tabassé par des skinheads. Les amis de Clément portaient des T-shirts "Clément, à jamais des nôtres".


Vers midi, les camarades de Science-Po s'étaient rassemblés pour rendre hommage à Clément. Ils ont entonné le chant des partisans. Harlem Désir et Bertrand Delanoë étaient présents.

Clément Méric, étudiant engagé et fervent "antifa"


Originaire de Brest et étudiant à Sciences Po à Paris, Clément Méric, 18 ans, décédé ce jeudi au lendemain d'une bagarre violente avec des skins, était un "antifa", un militant antifasciste d'extrême gauche, très engagé dans de multiples causes. Ses camarades de Sciences Po décrivent un jeune homme blond, petit, frêle avec un visage poupin. "Clément se relevait d'une leucémie, ce n'était pas un monstre de guerre", ont même précisé des membres d'Action antifasciste Paris Banlieue, groupe auquel appartenait selon eux Clément Méric. Ce dernier "faisait du terrain, du renseignement, de l'agit-prop".

"Il portait tout le temps son badge antifasciste", précise un étudiant de première année comme lui. "C'était un militant qui était tout le temps là. Il tractait contre les fascistes, pour le droit des étrangers, pour l'égalité hommes-femmes", ajoute Adrien de 5e année qui le connaissait.

Rassemblement rue Caumartin


 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus