• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Mobilisation pour la reconstruction de la maternité des Lilas

«A cause de Marisol Touraine, j'accouche dans la rue» une action menée par le collectif de soutien de la maternité des Lilas
«A cause de Marisol Touraine, j'accouche dans la rue» une action menée par le collectif de soutien de la maternité des Lilas

Ce mercredi un Happening «A cause de Marisol Touraine, j'accouche dans la rue» se déroulait devant le ministère des Affaires sociales.

Par Emmanuèle Bailly

Aux Lilas, c'est un courrier de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France, remettant en cause le projet de reconstruction de la maternité qui a mis l'établissement en émoi. Le collectif des Usagers de la Maternité des Lilas multiplie les actions pour sauver le projet.

Le collectif de soutien de la maternité des Lilas a réalisé ce mercredi un Happening devant le ministère des Affaires sociales pour protester contre l’abandon de son projet de reconstruction.

L'ARS avait annoncé en septembre le déblocage d'une aide de six millions d'euros pour financer ce projet, suite à un partenariat signé entre la maternité et le groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon (Paris XIIe). Mais "la récente révélation d'une situation de déficit structurel à hauteur de 2 millions d'euros ne permet plus à la maternité de recourir à l'emprunt" et donc de procéder à sa restructuration, écrit Claude Evin le directeur général de l'ARS (l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France) au président du groupe hospitalier des Diaconesses. 

L'ARS promet de soutenir financièrement la maternité, où 1.700 accouchements ont lieu chaque année, pour éviter en 2013 "une situation de dépôt de bilan qui n'est pas envisageable" et indique qu'"un scénario alternatif devra être élaboré" avant la fin juillet. Mais l'ARS renonce à l'idée de réaliser le chantier de reconstruction-extension, pourtant confirmé l’année dernière, sur le site de l’ancienne usine Gütermann à proximité du site historique.

Marie-Laure Brival, présidente du collectif de soutien, a fait part de "sa colère et son incompréhension". "Des responsabilités sont engagées tant sur le plan politique que juridique, économique, sanitaire, social et humain", a-t-elle rappelé. La mobilisation s'organise avec une pétition en ligne, une page Facebook et un site web.

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus