Lancé à Paris, le parti “Nouvelle Donne” à l'assaut des Européennes

L'urgentiste Patrick Pelloux et l'humoriste Bruno Gaccio, lors du lancement du nouveau parti "Nouvelle Donne", jeudi 28 novembre 2014, dans un café parisien. / © PATRICK KOVARIK / AFP
L'urgentiste Patrick Pelloux et l'humoriste Bruno Gaccio, lors du lancement du nouveau parti "Nouvelle Donne", jeudi 28 novembre 2014, dans un café parisien. / © PATRICK KOVARIK / AFP

Des personnalités comme l'économiste Pierre Larrouturou (PS), l'humoriste Bruno Gaccio, ancien auteur des "Guignols de l'info", ou l'urgentiste Patrick Pelloux ont lancé un parti baptisé Nouvelle Donne. 1er Objectif : "arriver devant le PS et provoquer un sursaut" lors des Européennes, en mai 2014.

Par OC, avec AFP

"Le pays est mûr, il est en colère. Nous sommes la France qui en a marre d'attendre alors que des solutions crédibles existent". Voilà ce qu'explique l'économiste Pierre Larrouturou (PS) devant la presse à l'occasion du lancement d'un nouveau parti baptisé Nouvelle Donne, qui présentera des candidats aux élections européennes de mai prochain pour "arriver devant le PS et provoquer un sursaut". L'événement a été organisé au Café du Croissant, à Paris, où fut assassiné Jean Jaurès.

Outre l'économiste qui était pourtant encore membre mercredi du bureau national du Parti socialiste, la parti "Nouvelle Donne" réunit des personnalités comme Bruno Gaccio (ex-auteur des "Guignols de l'info") ou l'urgentiste Patrick Pelloux.
"Il y a deux solutions quand on ne vous écoute pas", a notamment déclaré Bruno Gaccio : "Soit on prend ce qu'on avait, puis on rentre avec (...) ou on se dit on va porter ses idées devant les gens", a-t-il affirmé, soutenant avoir été maintes fois reçu à l'Elysée et Matignon avec Pierre Larrouturou pour "présenter des directions" porteuses "d'espoir".

Les initiateurs de ce projet, également soutenu par le philosophe Edgar Morin, ont le sentiment que tout n'est pas fait par le gouvernement pour lutter contre le chômage, alors que "depuis un an et demi il y a 500.000 chômeurs supplémentaires et 600.000 +fin de droits+ tombés dans la pauvreté", a-t-il détaillé.

«Il faut un big-bang sanitaire et social»


Nouvelle donne entend donc proposer "20 solutions", portant sur "une politique du logement, le financement des PME, de l'énergie, etc. qui permettraient de diviser par deux le chômage en cinq ans", selon lui. "Je pense qu'on est dans la catastrophe", a insisté Patrick Pelloux qui appelle à "un big-bang sanitaire et social" afin de montrer qu'à gauche "on existe encore et qu'on réfléchit".

Le nouveau mouvement promet qu'il ira "aux européennes de mai 2014 avec des citoyens qui s'engagent pour la première fois et avec des militants et des élus venus du Front de gauche, du PS, du Modem, des patrons, des précaires comme Isabelle Maurer", la chômeuse la "plus grande gueule de Mulhouse", comme elle s'est elle-même définie, après avoir interpellé Jean-François Copé sur le plateau de télévision de "Des Paroles et des Actes". Figurera encore Christiane Hessel, veuve de Stéphane Hessel, présente lors de la conférence de presse. Avec un objectif : "arriver devant le PS pour provoquer un sursaut", a prévenu l'économiste.

Le parti réglera la question des candidatures "au mois d'avril" juste avant la date limite, tout en se disant confiant d'avoir assez de "moyens humains et financier" pour faire campagne. "On est à peu près sûr de faire plus de 3% ( taux qui permet de se faire rembourser les frais de campagne, ndlr) et on espère faire beaucoup plus", a ajouté M. Larrouturou. "Notre objectif c'est qu'au mois de mai, au mois de juin, le débat politique tourne autour de nos idées", a-t-il glissé.

Sur le même sujet

Les + Lus