Cet article date de plus de 6 ans

La caissière d'un supermarché avait détourné 300.000 euros. Deux ans avec sursis

Une jeune femme avait détourné, très facilement, 300 000 euros au préjudice d'un supermarché de Corbeil-Essonnes (91) où elle était caissière. Elle vient d'être condamnée à deux ans de prison avec sursis.

© Photo PQR/Le Télégramme/MaxPPP
 La caissière jeune de 29 ans commence à détourner de l'argent à l'été 2009. Elle est alors responsable de caisse depuis quelques années.
Sa méthode, très simple finalement, consiste à: faire comme si un client venait avec son ticket de caisse pour retourner des produits et se faire rembourser, tout en empochant elle-même le montant correspondant en espèces.

A partir d'août 2010, quand le supermarché déploie un nouveau système de gestion automatisé, son escroquerie, jusque là un peu marginale, prend de l'ampleur. La jeune femme découvre une faille dans ce système, par hasard, en se trompant un jour, sur les tickets à double encaissement, c'est-à-dire réglés à la fois en espèces et avec un autre moyen de paiement.
Il lui suffit alors d'entrer le numéro du ticket de caisse, d'annuler ce ticket, ce qui lui permet de faire ressortir d'abord la somme payée en espèces, et d'annuler cette fois l'ensemble de l'opération au moment où la seconde partie du remboursement doit être opérée. Un système qu'elle a exploité jusqu'à la corde. Selon le témoignage de la gérante du magasin au cours de l'enquête, la caissière est intervenue jusqu'à 24 fois sur un même ticket.

Le stratagème fonctionne pendant près de deux ans, jusqu'en juillet 2012, quand la gérante, alertée par la comptabilité du magasin qui a constaté des trous de paiement, met en place une surveillance et prévient la police.

A cette époque, la caissière est à la tête d'un peu plus de 250.000 euros sur de multiples comptes d'épargne. Lors d'une perquisition à son domicile, près de 47.000 euros, principalement en coupures de 50 euros, sont retrouvés dans un coffre-fort, parmi d'autres enveloppes,  remplies de liasses de billets, disséminées chez elle.

La jeune femme a dit avoir agi pour réaliser un rêve, celui d'avoir  « une maison pour elle et pour ses parents ». Elle explique « Je ne voyais pas apparaître d'erreur de caisse le lendemain...alors j'ai continué, encouragée par le fait que ce soit si facile ! » Elle a raconté avoir détourné jusqu'à 1000 euros par jour à certains moments. Et exprime ses regrets.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire faits divers justice