Cet article date de plus de 7 ans

Journal de campagne de Capucine Edou: comment être candidate de gauche dans un arrondissement de droite ?

Chaque dimanche, Capucine Edou nous fait partager sa campagne de candidate PS dans le 7 ème. Cette semaine, dans un billet plus politique, elle explique sa stratégie pour que la gauche puisse exister dans cet arrondissement bien ancré à droite.
© JOEL SAGET / AFP
En vacances, enfin! Je repasserai au bureau deux ou trois demi journées courant mars, mais, alors que je menais campagne à peu près à mi-temps depuis un bon mois, je suis maintenant tout à fait en vacances et exclusivement sur ma campagne, gestion de l'arrivée d'une nouvelle collaboratrice effectuée et message d'absence du bureau activé. (Capucine Edou n' a pas de mandat politique. Elle travaille au service international de l'école Sciences-Po ndlr)

Trois semaines pour convaincre

Au programme : terrain à 100%, rencontrer le maximum d'habitants de l'arrondissement et convaincre, convaincre, convaincre. Convaincre nos électeurs d'aller voter car ils sont trop confiants, pensant que les jeux sont déjà faits pour Anne Hidalgo et ils pourraient de ce fait être moins mobilisés. Je crains tellement le syndrome 2002! Et puis dans l'arrondissement, expliquer sans relâche que les jeux ne sont pas faits, ni dans un sens ni dans l'autre, et tout l'enjeu d'avoir une élue de gauche du 7e auprès d'Anne Hidalgo au Conseil de Paris -ce qui n'a pas été le cas lors de la dernière mandature- pour porter les sujets de l’arrondissement auprès de la future majorité municipale.

Il s'agit d' éviter la double peine d'un arrondissement d'opposition dont les élus votent systématiquement contre la politique de la ville, comme par exemple sur les aménagements des voies sur Berges, ou le Vélib’ (le maire UMP est alors Michel Dumont ndlr) . Comment dès lors faire profiter les habitants de tous les projets en perspective ? En allant sur le terrain sans relâche et avec détermination pour rencontrer le plus possible d'habitants et les convaincre de notre projet, et les convaincre d'aller voter.

"Au pire tu gagnes!"

"Au pire tu gagnes!" C'est le mot d'Estelle Forget, entrepreneur du 7e dans le développement durable, et qui animait notre grand meeting de mardi soir avec Anne Hidalgo dans l’arrondissement. Les campagnes sont aussi de beaux moments de rencontres. Estelle s’est engagée auprès de moi en janvier. Nos échanges m’ont permis d’aller plus loin sur l’écologie urbaine dans mon projet pour le 7e qui, arrondissement vitrine de Paris à bien des égards, pourrait être particulièrement exemplaire sur le sujet. De plus, dans ses projets professionnels, elle fait intervenir des jeunes pour alimenter la réflexion, formidable source d’inspiration qui permet de porter plus loin les idées.

© Quentin Carnicelli


Un meeting dans le 7e particulièrement réussi : de l’énergie pour la suite

D’ailleurs je me rends bien compte à quel point cette jeunesse qui s’investit dans ma campagne est source de fraîcheur et d’enthousiasme. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de lui laisser une belle place dans ce meeting de mardi dernier, en faisant intervenir l’un de ses représentants. Mais au-delà, je veux aussi parler à cette jeunesse et lui donner toute sa place dans l’arrondissement, parce qu’elle y est bel et bien présente et elle mérite respect et considération. En effet, elle n’y est aujourd’hui pas bien considérée, et la politique actuelle du 7e joue sur la peur des jeunes, plutôt que sur le dialogue entre les générations pour assurer la cohésion et la solidarité locale…Je propose d’ailleurs de créer une maison des jeunes, lieu de citoyenneté, d’initiatives et de solidarité, et de développer d’autres services pour lui permettre de se construire et de s’autonomiser (logements étudiants, service d’écoute, festival,…).

D’autres beaux moments aussi dans ce meeting, avec l’intervention d’Axel Kahn, avec qui nous avions mené la bataille des législatives chacun dans une partie de l’arrondissement. Marc Larock, 2e sur ma liste et actuel élu de l’arrondissement, rappelle à quel point la droite du 7e ferme l’arrondissement aux évolutions et à la modernité parisiennes. La participation surprise de Marie-Christine Lemardeley (candidate dans le 5e), et l’intervention d’Anne. Moment fort, rappelant mes premières armes quand elle m’a fait confiance pour mener la bataille des législatives, jusqu’à aujourd’hui, où la campagne du 7e secoue les idées reçues sur l’arrondissement, qui est bien plus diversifié que l’image qu’on peut en avoir. Où elle redit son souhait de m’avoir à ses côtés à l’hôtel de ville de Paris pour contribuer à la réussite de ce futur mandat. Où enfin elle dit elle-même bien connaître nos arrondissements où les habitants ont bien mieux compris que leurs élus actuels les bénéfices de la politique municipale menée par Bertrand Delanoë depuis plus de 10 ans et que nous souhaitons amplifier.

Je suis heureuse de la réussite de ce meeting, avec plus de 200 participants, une salle comble au beau milieu des vacances scolaires dans la partie la moins peuplée de l’arrondissement… Voilà qui est de bon augure pour la suite, une mobilisation qui promet d’être au rendez-vous des prochaines semaines, et des militants heureux de ce moment qui leur donne l’énergie pour aller de l’avant ! Pour moi cette réussite est d’autant plus importante que l’exercice n’est pas celui que je préfère - je suis étonnamment plus à l’aise le micro à la main dans la rue en stand up que dans une salle qui m’est pourtant acquise…


Rachida Dati aux abonnés absents

Dans une campagne électorale, une échéance pousse l’autre, et on a parfois l’impression d’une course d’obstacles. Une semaine bien chargée que celle-ci et peu de temps pour souffler, entre la préparation et la tenue du meeting, la rédaction du dernier tract de la campagne (terminé dans la nuit de samedi dernier) et celle de la profession de foi officielle qui sera envoyée aux électeurs. Mais aussi la perspective d’une autre échéance importante lundi soir prochain avec ce débat au lycée Duruy organisé par les lycéens avec la participation de l’ensemble des candidats aux municipales dans le 7e. La date avait été modifiée pour accommoder l’agenda de Rachida Dati, candidate pour l’UMP. Et, comme nous commencions à communiquer sur l’événement, elle fait annoncer à quelques jours du débat qu’elle n’y participe pas, et qui plus est qu’elle se fera représenter par... le président de son comité de soutien ! Même pas par un candidat de sa liste : quelle étrange conception du débat démocratique… 

Et bien voilà qui me donne encore plus de détermination pour changer la donne dans le 7e arrondissement ! Je suis prête pour le débat de lundi et ces trois semaines de « vacances » que je veux mettre à profit pour créer la surprise !

(Rachida Dati a tenu à réagir à ce texte par l'entremise de sa directrice de campagne, Emmanuelle Dauvergne, également conseillère UMP de l'arrondissement et du conseil de Paris. Un texte validé par la maire du 7 ème).

Mail d'Emmanuelle Dauvergne

Depuis qu'elle est maire du 7e, Rachida Dati s'est investie comme aucun de ses prédécesseurs pour donner une place à la jeunesse dans l'arrondissement.

Citons pèle-mêle quelques exemples : la création d'un club d'entraide où les jeunes se mettent à la disposition des personnes âgées ou isolées du 7e, le lancement du premier internat d'excellence à Paris dans un lycée privée du 7eme, la création de web7radio ou de web7TV (radio et télévision par et pour les jeunes), la remise de livres à tous les 3ème et Terminales pour les encourager dans la préparation du brevet et du bac, des concours de BD ou de court-métrage (dans le cadre du festival de cinéma), l'organisation chaque année d'un forum des jobs d'été comme d'un salon du livre pour les enfants...

Rachida Dati n'a jamais refusé le débat, et a fortiori lorsqu'il s'agissait de répondre à une invitation de jeunes. On se souvient en particulier du débat face à Anne Hidalgo devant les étudiants de Sciences Po, dont les locaux sont situés dans le 7e.

La date limite des dépôts de listes ayant lieule 6 mars à 18h, nous avons toujours dit qu'il aurait été plus respectueux pour tous les candidats comme de la loi de faire ce débat après cette date.

A aucun moment la date du 3 mars n'a pu etre confirmée puisqu'au même moment Rachida Dati tient une réunion d'appartement. Nous déplorons ce procédé qui consiste à communiquer une date et la présence de Rachida Dati à notre insu et en connaissance de cause pour organiser ce débat alors même que M. Yael Michel savait dès le départ que Rachida Dati ne pourrait y participer. Il est trop facile de mettre en cause Rachida Dati pour pallier ce mensonge.


Complément de la rédaction. 

Sur son site Internet, le lycée Victor Duruy annonce un débat entre les candidats à la mairie du 7 ème pour lundi mais sans préciser le nom des participants.
Les forces en présence
La favorite du scrutin est Rachida Dati, maire sortante qui conduira la liste UMP-UDI-MoDem.
Elle devra affronter deux listes menées par d'anciens élus UMP. Celle de Michel Dumont, ancien maire de l'arrondissement et celle de Christian Le Roux, ancien adjoint.
A gauche, Bernard Bourdeix est n°1 de la liste EELV. Bruno Percebois conduit la liste Mélenchon.
Emmanuel de Mandat-Gracey représente les couleurs de Charles Beigbeder. Le RBM est défendu par Bernadette de la Bourdonnaye.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020